19/03/2016 13h:04 CET | Actualisé 19/03/2016 14h:59 CET

Crans Montana 2016: La lutte contre le terrorisme s'invite au menu des discussions

Crans Montana
Crans Montana 2016:

TERRORISME – Si la deuxième édition du forum de Crans Montana, qui se tient actuellement à Dakhla, se penche surtout sur la coopération sud-sud, d’autres thématiques plus globales ont été abordées.

A l’heure où certains pays font face à un afflux de réfugiés, et que l’ensemble des nations vit sous la menace terroriste, ces thèmes ont été évoqués lors d’un panel animé par le révérend Jackson, militant américain des droits de l'homme.

Pour Geoff D. Porter, directeur d’Africa Risk Consulting, "le terrorisme ne vient pas de l’injustice mais d’un sentiment d’injustice", a-t-il estimé, avant d’expliquer que, contrairement à ce que certains peuvent craindre, "les camps de réfugiés ne sont pas des nids de recrutement pour les djihadistes", mais que les conditions de vie des réfugiés, telles qu’on les voit dans les médias "peuvent pousser certaines personnes à s‘engager auprès des groupes terroristes".

Pour l’analyste américain, "les terroristes se battent pour un futur où ils ne seront pas exclus". Pour Rula Ghani, la première dame d’Afghanistan, "il est plus facile aujourd’hui de se procurer une arme pour tuer les gens avec qui vous êtes en désaccord plutôt que d’imprimer des tracts".

Mieux évaluer l’impact des engagements militaires et les dégâts écologiques

Pour M. Porter, les guerres d’aujourd’hui seront la source du terrorisme de demain. "Il faut absolument mieux évaluer les engagements militaires dans lesquels nous nous engageons aujourd’hui. Quelles conséquences auront-ils dans deux ou trois ans?", s'est-il interrogé.

Autre menace à prendre en compte dans la lutte contre le terrorisme: le changement climatique. Face à la montée des eaux et à la désertification, des dizaines de millions de personnes vont devoir se déplacer. "On ne peut pas oublier l’effet que cela va avoir sur le terrorisme", explique l’architecte nigérienne Chinwe Ohajuruka. "Dans certaines zones, des populations ont perdu leur habitat. Il est très urgent de construire des maisons pour ces gens".

Placé sous le thème de "l'Afrique et la coopération sud-sud: une meilleure gouvernance pour un développement économique et social durable", le forum de Crans Montana à Dakhla rassemble jusqu'au 22 mars à Dakhla plus de 1.000 participants issus de 130 pays, notamment des entrepreneurs et des personnalités politiques.

LIRE AUSSI: