MAROC
08/06/2018 14h:03 CET

Corruption: Le Ghana pourrait être suspendu du vote pour l'organisation du Mondial 2026

Une voix de moins pour la candidature marocaine?

CARL DE SOUZA via Getty Images
Le président de la Fédération de football du Ghana, Kwesi Nyantakyi, lors d'une conférence de presse en juin 2014.

SPORT - Soutien de la candidature marocaine pour l’organisation de la Coupe du monde 2026, la Fédération de football du Ghana (GFA) est dans de sales draps. Des accusations de corruption au sein de l’instance sportive, impliquant directement son président, ont poussé le gouvernement ghanéen à dissoudre celle-ci. 

Le directeur général intérimaire de l’Autorité nationale des sports (NSA), instance sportive gouvernementale, serait également impliqué. Le Ghana pourrait ainsi être suspendu du vote pour l’organisation du Mondial 2026, qui doit se tenir mercredi prochain, rapporte Associated Press.

Un documentaire à l’origine du scandale

Selon un communiqué publié jeudi 7 juin par le ministère de l’Information ghanéen, le gouvernement est “choqué et indigné” suite à la diffusion d’un documentaire réalisé par le journaliste d’investigation Anas Aremeyaw Anas, intitulé “Number 12: When misconduct and greed become the norm” (“Quand la mauvaise conduite et la cupidité deviennent la norme”), révélant les pratiques de corruption endémique parmi les membres de l’organisme ghanéen.

Le réalisateur, connu pour avoir révélé de nombreux scandales de corruption dans le pays, s’est infiltré avec d’autres journalistes pendant deux ans au sein de la fédération de football en se faisant passer pour des investisseurs.

Ils ont notamment proposé au président de la fédération, Kwesi Nyantakyi, de lui verser 11 millions de dollars afin qu’il les introduisent auprès de personnalités du gouvernement ghanéen, “dans le but d’obtenir des contrats dans les domaines de l’agriculture, de la construction et du pétrole”, rapporte l’AFP.

 “Des citations de Kwesi Nyantakyi #Number12 #IAmAnas #DitesNonÀLaCorruption”

“Ensuite le vice-président 3 millions de dollars, et le ministre 2 millions de dollars, et le ministre adjoint 1 million de dollars. Donc 5, 3,= 8, 10. 11 millions de dollars (5+3=8; 8+2=10; 10+1) Voilà ce qu’il a dit. Vous pouvez transférer à ma société au Ghana, et ensuite je... je m’assurerai que nous avons l’argent et que nous leur donnerons. J’ai une petite institution financière au Ghana, peut-être qu’on peut utiliser ça”.

Des pots-de-vin généralisés

“Plusieurs dirigeants de la fédération et arbitres sont également filmés recevant des pots-de-vin pour influencer la sélection de joueurs ou truquer l’issue de certains matchs de première ligue”, a relevé un journaliste de l’AFP qui a visionné le documentaire présenté mercredi en avant-première à Accra, la capitale ghanéenne.

“Eu égard à la nature répandue de la corruption apparente impliquant les hauts fonctionnaires de la GFA, les hauts responsables de la NSA (National Sports Authority), les commissaires de match, les administrateurs de football et les arbitres, le gouvernement a décidé de prendre des mesures immédiates pour dissoudre la GFA”, a indiqué le ministère de l’Information, précisant que le gouvernement annoncera prochainement “des mesures provisoires pour régir les activités de football dans le pays, jusqu’à ce qu’un nouvel organisme soit dûment formé”.

Le gouvernement “communiquera ces décisions à la Confédération africaine de football (CAF) et à la Fédération internationale des associations de football (FIFA), et discutera avec eux de cela pour trouver une voie pour le football ghanéen”, conclut le ministère dans le communiqué.

La décision du gouvernement fait ainsi craindre une suspension du Ghana par la FIFA, qui interdit généralement aux organismes nationaux de football de participer à des matches internationaux et à des réunions lors “d’ingérence du gouvernement” dans leur gestion.

Kwesi Nyantakyi est un membre élu du Conseil de direction de la FIFA, qui se réunit dimanche à Moscou. Il est également le deuxième plus haut responsable du football africain en tant que premier vice-président de la CAF, rappelle Associated Press.

Selon plusieurs sources médiatiques, le président ghanéen Nana Akufo-Addo a visionné des extraits du documentaire le mois dernier et a demandé à la police d’enquêter sur Nyantakyi pour avoir frauduleusement utilisé son nom. L’officiel de football a été arrêté et interrogé.