ALGÉRIE
01/07/2014 06h:38 CET | Actualisé 27/10/2014 05h:27 CET

Corruption, mauvaise gestion : ce que Chakib Khelil a coûté à l'Algérie

Wikimedia Commons

Chakib Khelil a coûté une fortune à l’Algérie. Un dirigeant islamiste, citant des responsables de l’Etat, a parlé de 64 milliards de dollars de dégâts. Exagéré ? Pas si sûr, si on additionne les pertes avérées, celles soupçonnées, et d’autres, plus difficiles à évaluer, des pertes immatérielles dues au préjudice moral subi par les institutions algériennes.

Ami du président Abdelaziz Bouteflika, ayant grandi comme lui à Oujda, au Maroc, Chakib Khelil a été envoyé en formation par le MALG. Ingénieur pétrolier, il a longtemps officié en Algérie, avant de s’exiler aux Etats-Unis, pour revenir en conquérant lorsque le président Abdelaziz Bouteflika a accédé au pouvoir en 1999.