MAROC
15/04/2019 10h:50 CET

Copenhague: Échauffourées en réaction à une manifestation de l'extrême-droite danoise

23 personnes ont été arrêtées pour violence.

Ritzau Scanpix Denmark / Reuters
Un officier de police danois monte la garde lors d'une agitation à la suite d'une manifestation dans le district de Norrebro à Copenhague, au Danemark, le 14 avril 2019.

VIOLENCES - Ce 15 avril, la police de Copenhague au Danemark a confirmé l’arrestation de 23 personnes pour leur implication présumée dans des actes de violences survenus la veille dans le quartier multiculturel de Nørrebro et d’autres parties de la capitale danoise. Les mis en cause sont poursuivis pour refus d’obtempérer, violence contre les fonctionnaires ou incendies volontaires, a affirmé Allan Wadsworth-Hansen, inspecteur de la police de Copenhague.

Des émeutes ont éclaté dimanche en réaction à une manifestation organisée à Nørrebro par Rasmus Paludan, fondateur du parti extrémiste Stram Kurs, connu pour ses sorties provocatrices à l’encontre de l’islam et des musulmans. Il souhaite, par exemple, interdire l’islam au Danemark ou encore annuler la citoyenneté danoise pour les immigrants non occidentaux.

Paludan, qui est avocat de profession a même été condamné récemment à 14 jours de prison avec sursis pour des propos à caractère racial. Lors de la manifestation, il a été escorté par la police pour le soustraire à un groupe de contremanifestants en colère qui s’en sont pris par la suite aux forces de maintien de l’ordre. Le fondateur du parti radical venait de jeter un Coran dans les airs, rapporte le média norvégien NRK.

Plusieurs ruelles de Nørrebro ont été jonchées de débris ou de vélos, des poubelles ont été incendiées, des pavés et des pierres jetés aux forces de l’ordre et aux véhicules de la police qui a dû faire usage de gaz lacrymogène pour disperser les émeutiers.

Dans la soirée, les troubles se sont étendus à d’autres quartiers de la capitale, avec de petits incendies signalés notamment à proximité de Nordvest, qui compte une importante population musulmane, Amager, à l’entrée de Christiania, et une maison de la culture à Østerbro. Huit personnes avaient directement été arrêtées par la police.