MAROC
24/04/2019 11h:17 CET

Contre l'islamophobie, ces Youtubeuses belges reprennent "Balance ton quoi" d'Angèle

La vidéo des trois soeurs, d'origines marocaines, cumule déjà plus de 120.000 vues.

DISCRIMINATION - Trois sœurs belges, d’origines marocaines, les Molem Sisters, ont décidé de reprendre la chanson d’Angèle “Balance Ton Quoi” pour dénoncer l’islamophobie dont sont victimes les femmes voilées.

Dans un clip qui suit les codes de la chanteuse à succès, ces Youtubeuses balayent les thèmes du harcèlement au quotidien et de la discrimination des femmes musulmanes. 

Interrogée par Le HuffPost France, Sara Lou, 26 ans, chanteuse à l’image dans le clip, revient sur ce projet. “Nous sommes toutes les trois super fans d’Angèle, de son personnage et de ses combats. Quand cette chanson est sortie, on a dû l’écouter une centaine de fois. À force de chanter, une de mes sœurs à commencer à changer les paroles, à se l’approprier.” 

Sara Lou la pousse à aller jusqu’au bout de son idée et les trois complices finissent par produire et enregistrer une chanson, sortie le 21 avril sur YouTube. Ce travail collectif est une réussite, le clip cumule près de 130.000 vues en seulement trois jours. 

“Les gens dans les commentaires disent que c’est exactement ce qu’ils vivent au quotidien. C’est pour ça qu’ils le partagent. Ça leur parle, ce sont eux. Ce que j’ai voulu exprimer, c’est la frustration d’une collectivité.”

Les discriminations au quotidien

Au début de la vidéo, la voix d’Éric Zemmour couvre la chanteuse, et ses mots font l’amalgame entre voile, islam et djihad. “On répond à ce genre de personnes, mais pas que. C’est aussi le système, l’État que nous critiquons”, explique Sara Lou.

La jeune femme en profite pour pointer du doigt certaines lois discriminantes en Belgique, comme celle qui oblige les femmes en foulard à l’enlever pour emmener leurs enfants dans des sorties scolaires. Une absurdité selon elle.

Dans la vidéo, Sara Lou est aussi mise en scène en train de faire un footing. La jeune femme, voilée, se retrouve rapidement poursuivie par plusieurs personnes. “J’ai voulu symboliser les violences sur les réseaux sociaux après la polémique sur le hijab running”, explique la jeune femme.

Discrimination à l’embauche, interpellation dans la rue, refus de servir dans un bar, le clip reprend des problématiques qui touchent les femmes voilées dans leur quotidien. En février dernier, deux clientes, voilées et attablées dans un bar de Saint-Julien-lès-Metz (Moselle) ont été agressées à cause de leur foulard.

Inspirer les femmes musulmanes 

“Avant le secondaire (enseignement de 12 à 18 ans obligatoire en Belgique, ndlr), je ne portais pas le voile. Pour moi il n’y avait pas de discrimination réelle. J’étais dans le déni”, reconnaît la jeune femme. 

Une fois le voile porté, elle se rend compte de la puissance discriminatoire d’un simple habit. “Un jour, dans le bus, une dame m’a interpellée. J’étais assise, et elle m’a dit que ce n’était pas moi qui devait m’asseoir, mais elle car elle était chez elle.”

À côté de son activité entrepreneuriale, qu’elle mène avec son mari, Sara Lou se consacre à sa chaîne Youtube dès qu’elle a du temps libre. Son objectif: “partager ses combats et faire quelque chose qui a du sens”.

À travers ce genre de vidéo, la jeune femme souhaite inspirer les musulmanes à aller dans ce sens. “J’essaye de véhiculer des idées. Moi, je suis inspirée par ces femmes qui font de longues études, qui ont l’ambition de gravir les échelons. On ne doit pas se laisser abattre, mais toujours aller de l’avant. Les premières barrières, c’est nous qui nous nous les mettons”.  

 

Cet article a initialement été publié sur Le HuffPost France.