MAROC
14/04/2019 15h:02 CET

Contre Donald Trump en 2020, qui sont les candidats démocrates

Récapitulatif des prétendants à l’investiture démocrate pour l'élection présidentielle de 2020.

MAISON BLANCHE - Il fait figure de nouvelle star du parti. Pete Buttigieg, jeune maire ouvertement gay de South Bend, ville moyenne des bassins industriels américains, est devenu un phénomène de ce début de campagne présidentielle. Il lance officiellement sa candidature à l’investiture démocrate pour 2020 ce dimanche 14 avril.

A 37 ans, ce millennial diplômé d’Harvard, aux positions progressistes, qui a servi en Afghanistan, ne cache désormais plus ses ambitions: déloger Donald Trump de la Maison Blanche. Il rejoint ainsi la longue liste de candidats qui convoitent ce poste.

Découvrez notre récapitulatif des principaux prétendants à l’investiture démocrate qui affichent, par ailleurs, une diversité inédite avec un nombre record de femmes et plusieurs candidats issus de minorités. Ces candidats sont classés selon la moyenne des sondages établie par RealClearPolitics

Bernie Sanders

Se décrivant comme un “socialiste”, le sénateur indépendant avait surpris en électrisant la primaire démocrate de 2016 contre Hillary Clinton. Il s’était finalement incliné face à l’ex-secrétaire d’Etat mais espère, à 77 ans, transformer l’essai de sa “révolution politique”, maintenant que ses idées nettement marquées à gauche sont reprises par nombre d’autres démocrates. 

AARON BERNSTEIN / REUTERS

Kamala Harris

La sénatrice de Californie, qui ambitionne de devenir la première présidente noire des Etats-Unis, a annoncé sa candidature en janvier, le jour où les Etats-Unis rendaient hommage à Martin Luther King. 

Fille d’une chercheuse indienne en médecine et d’un économiste jamaïcain, Kamala Harris, 54 ans, a été procureure à San Francisco puis a dirigé les services judiciaires de toute la Californie (2011-2017).

REUTERS

Beto O’Rourke

Ce Texan de 46 ans, ancien élu de la Chambre des représentants, a forgé sa notoriété en tentant d’arracher au poids lourd républicain Ted Cruz son siège au Sénat en novembre 2018. Il a perdu de peu son pari dans un Etat traditionnellement conservateur.

Marié et père de trois enfants, il se revendique “capitaliste” même si l’économie américaine est “clairement imparfaite, inéquitable, injuste et raciste”. Son programme est marqué bien à gauche sur l’immigration, le climat ou la couverture santé. Il a officiellement lancé le 30 mars sa campagne lors d’un meeting survolté dans sa ville d’El Paso, à la frontière avec le Mexique.

SHANNON STAPLETON / REUTERS

Elizabeth Warren

A 69 ans, la sénatrice du Massachusetts avait donné le coup d’envoi de la course du côté des grands noms démocrates dès le 31 décembre 2018. Défiant la polémique sur ses lointaines origines amérindiennes, l’ancienne professeure de droit à Harvard, surnommée “Pocahontas” par Donald Trump, a officialisé sa candidature le 2 février. 

A la gauche du parti, elle a construit sa réputation en pourfendant les “excès” de Wall Street. 

YURI GRIPAS / REUTERS

Cory Booker

Sénateur noir charismatique, Cory Booker a annoncé sa candidature le 1er février en prêchant le rassemblement dans une Amérique divisée. Ancien maire de Newark, dans le New Jersey, ce bon orateur âgé de 49 ans était pressenti depuis des années pour la course à la présidentielle.

ANDREW KELLY / REUTERS

Pete Buttigieg

Le jeune maire de la ville de South Bend, dans l’Indiana, a créé la surprise depuis le lancement de son comité exploratoire le 23 janvier. Phénomène du début de campagne, cet ancien militaire de 37 ans et premier candidat ouvertement homosexuel à la présidentielle américaine, est parvenu à lever sept millions de dollars de donations au premier trimestre. Il doit donc lancer officiellement sa candidature à l’investiture ce dimanche 14 avril. 

“On ne peut pas rechercher la grandeur dans le passé”, a lancé le maire de South Bend au début de sa vidéo de campagne. Un tacle évident au slogan de Donald Trump martelé depuis des années: “Rendre sa grandeur à l’Amérique”. 

“Ici c’est le moment, probablement l’unique moment dans l’histoire américaine, où il pourrait être logique que quelqu’un de mon âge, ayant l’expérience du Midwest industriel (...) apporte quelque chose qui aidera réellement les Américains”, a-t-il dit sur NBC.

LUCAS JACKSON / REUTERS

Amy Klobuchar

Ancienne procureure et petite-fille d’un mineur, la sénatrice de 58 ans a été largement réélue en novembre 2018 dans le Minnesota, où elle reste très populaire y compris dans les bastions miniers qui ont voté pour Donald Trump en 2016.

Classée au centre-gauche, elle soutient le droit à l’avortement et la lutte contre le changement climatique. Mais sa campagne a été ternie par une polémique sur le traitement très dur de son équipe.

JIM YOUNG / REUTERS

Les autres prétendants

De nombreux autres candidats tenteront leur chance à la primaire démocrate: 

- Julian Castro, 44 ans, ex-ministre de Barack Obama et ancien maire de San Antonio; 

- John Delaney, 55 ans, ancien élu à la Chambre des représentants

- Tulsi Gabbard, 37 ans et élue de la Chambre 

- Kirsten Gillibrand, sénatrice âgée de 52 ans 

- John Hickenlooper, ancien gouverneur du Colorado âgé de 67 ans

- Jay Inslee, gouverneur de l’Etat de Washington âgé de 68 ans

- Wayne Messam, maire de Miramar (Floride) âgé de 44 ans

- Tim Ryan, 45 ans, élu de la Chambre des représentants depuis 2003

- Marianne Williamson, 66 ans, auteure de livres de développement personnel 

- Andrew Yang, entrepreneur âgé de 44 ans

L’inconnue Biden

Grand nom du parti et catalogué centriste, Joe Biden caracole en tête des sondages sans s’être encore même officiellement lancé dans la course. 

Mais alors qu’il faisait durer le suspense, l’annonce possible de sa candidature a été plombée par les témoignages de plusieurs femmes l’accusant de gestes déplacés.

Connu pour être très “tactile” avec hommes et femmes, l’ancien vice-président de Barack Obama a promis d’être “plus attentif” à l’avenir, mais sans s’excuser.

Cet article a initialement été publié sur le HuffPost France