LES BLOGS
26/11/2015 11h:24 CET | Actualisé 26/11/2016 06h:12 CET

Conseils d'un physio pour les accros du texto

TECHNOLOGIE - Voici des conseils pour prévenir les impacts des textos sur vos articulations.

Nisian Hughes via Getty Images

Pendant la seconde moitié du 20e siècle, les écrans de télé et d'ordinateur nous ont cloués à nos chaises. Voilà maintenant que les appareils mobiles se mettent de la partie en modifiant notre façon de bouger. Et c'est par la tête et les pouces qu'ils nous tiennent!

Voici des conseils pour prévenir les impacts des textos sur vos articulations. Vous trouverez les articles de références en hyperliens (en anglais).

Un mal imaginaire?

L'utilisation intensive des textos peut entraîner des problèmes musculo-squelettiques, comme de la fatigue, de la douleur et même des blessures. Ça vous paraît farfelu? Détrompez-vous: c'est bel et bien le cas. Texter implique souvent:

  • des efforts musculaires prolongés;
  • des mouvements répétitifs;
  • des tensions posturales causées par un mauvais alignement articulaire entre la tête, les épaules et le bassin;
  • une altération de l'attention qui peut modifier le niveau de vigilance et la détection de la douleur.

Les articulations les plus souvent touchées par les textos intensifs sont celles du cou et des pouces, certaines personnes étant davantage prédisposées en raison de blessures antérieures ou de problèmes articulaires non résolus.

Le poids de la tête

On texte la tête penchée vers l'avant, souvent les épaules arrondies. Cette posture est, de façon générale, celle qu'on adopte pendant la manipulation des appareils mobiles. Or, la tête pèse entre 4 et 5 kg et l'effort pour la soutenir peut être multiplié jusqu'à 5 fois, particulièrement lorsque le haut du dos est très courbé.

Les muscles ne sont pas des structures inépuisables: la fatigue et la douleur peuvent s'installer lorsque l'effort demandé est trop grand. La posture est donc un élément à considérer si vous souhaitez prévenir la fatigue musculaire et la douleur lorsque vous manipulez un appareil mobile de façon prolongée.

Vous êtes probablement plus fragile si vous souffrez déjà d'un problème existant, qu'il soit diagnostiqué ou non, comme une hernie discale, un spasme musculaire ou une diminution de mobilité causée par l'arthrose.

Voici quelques conseils pour minimiser le stress sur vos articulations du cou et du dos lorsque vous textez en position assise:

  • Surélevez votre appareil; quelques degrés peuvent faire une différence.
  • Évitez de texter de façon prolongée lorsque votre téléphone est placé sur vos cuisses.
  • Préservez le creux du bas de votre dos en utilisant un coussin ou une serviette roulée. Cela améliorera l'alignement entre la tête, les épaules et le bassin, même si votre tête demeure penchée.
  • Évitez les petits écrans qui sont associés à de plus grands angles de flexion de la tête.

La surutilisation des pouces

Texter de façon intensive met vos pouces à rude épreuve. Ils doivent simultanément tenir l'appareil et taper sur l'écran tactile. Selon une étude publiée en août 2015, les personnes qui développent une dépendance face à leur téléphone intelligent seraient plus à risque d'avoir une irritation du nerf médian, une diminution de force aux mains et aux pouces.

Aussi, plusieurs chercheurs ont étudié les impacts biomécaniques des textos sur les articulations et les muscles des pouces: texter régulièrement vous placerait plus à risque de souffrir d'une tendinite de De Quervain (douleurs au pouce et au poignet). Bien sûr, ce type de douleur survient lorsque plusieurs conditions sont réunies, comme une utilisation intensive et soutenue. La complexité de l'anatomie des pouces joue aussi un rôle dans les blessures causées par les textos, notamment dû à la présence de gaines fibreuses qui entourent certains tendons et qui complexifient la biomécanique de vos pouces.

Pour l'anecdote: une nouvelle parue en juin 2015 dans le JAMA Internal Medicine faisait état d'une rupture complète du long extenseur du pouce chez un homme de 29 ans qui utilisait son téléphone de façon intensive, voire compulsive. Voici quelques conseils si vous souhaitez prévenir les douleurs aux pouces causées par les textos:

  • Texter à deux pouces réduit considérablement votre risque de douleur.
  • Le poids de l'appareil est proportionnel au risque de douleur.
  • Si vous utilisez une tablette pour texter, divisez le clavier en deux parties et positionnez-les pour être plus confortable et pour éviter les contorsions des pouces. Vous trouverez la façon de faire ici.
  • Le conseil semblera simpliste, mais le recours à la dictée vocale demeure la façon la plus confortable de texter.

Une (fau$$e) épidémie de text neck

L'expression text neck a pris des proportions démesurées, notamment après la parution de cet article rédigé par un médecin américain, le Dr Hansraj, dont l'argumentaire repose sur l'effort généré par les muscles pour supporter le poids de la tête. Les conclusions de l'auteur ne s'appuient donc que sur l'analyse d'un modèle théorique, sans prise de mesure sur des humains et sans considérer les composantes environnementales, les facteurs de risque et d'autres éléments fondamentaux impliqués dans les mécanismes de blessure. Aussi, l'article du Dr Hansraj est plutôt avare en matière de références scientifiques: seulement six, incluant une réflexion sur les pouvoirs du langage non verbal, un sujet plutôt éloigné du propos principal de l'auteur.

Bref, plusieurs médias ont repris les conclusions de cet article en parlant de text neck, dont le Washington Post, en y ajoutant des images-choc et en annonçant une épidémie à l'échelle planétaire. Pourtant, aucune étude sérieuse n'a documenté les liens entre les blessures au cou et les textos.

Rendons tout de même à César ce qui est à César: l'expression text neck est une formidable opération de marketing! Pour ce qui est de ses fondements scientifiques, il est permis d'en douter. Ajoutons aussi que le nom de domaine text-neck appartient à une clinique privée située aux États-Unis, et certainement très rentable, qui déclare sur son site web l'arrivée d'une épidémie globale qui affecte des millions de personnes...

Si je n'ai pas réussi à vous convaincre de la supercherie, je vous suggère la lecture de cet article paru dans The Atlantic qui fait la vie dure à la théorie du text neck. Et s'il est vrai que l'utilisation intensive des textos peut causer de la fatigue et de la douleur musculaire au cou, il est nécessaire de relativiser les choses, d'autant plus que la technologie évolue à vitesse grand V, notamment en terme du poids des appareils, de l'efficacité de la dictée vocale et des accessoires mains libres, comme les montres et les bracelets "intelligents".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.
Galerie photo 10 habitudes de travail néfastes pour la santé Voyez les images