MAROC
19/10/2019 13h:05 CET

Conseil de la région de Drâa-Tafilalet: Un différend juridique entraîne un nouveau blocage

Ce différent concerne la participation de trois membres "qui n’ont pas été convoqués pour prendre part à cette session".

DR
El Habib Choubani à nouveau dans la tourmente.

RÉGION - Les soucis sont loin d’être terminés pour El Habib Choubani, président du Conseil de la région de Drâa-Tafilalet. La séance de poursuite de la session ordinaire du conseil, au titre du mois d’octobre, a été suspendue, vendredi à Errachidia, en raison de la “persistance du différend juridique”.

C’est ce que Choubani, membre du PJD, a annoncé précisant que ce différend juridique est relatif à la participation de trois membres qui n’ont pas été convoqués pour prendre part à cette session.

Une liste électorale “invalidée”

Dans une déclaration à la MAP, l’ancien ministre a souligné que “ce différend juridique est toujours maintenu” en raison “de la présence de trois personnes sur une liste électorale qui était invalidée par un jugement définitif de la justice, soulignant la nécessité d’appliquer un autre jugement interdisant leur convocation”.

Choubani s’est dit, cependant, “prêt à coopérer” afin de “parvenir à un consensus” visant à dépasser ce différend “dans le cadre du respect des décisions de la justice”. Et de rappeler le besoin de la région de concrétiser le développement et la coopération, dans le but d’améliorer les conditions de vie de la population et d’assurer le respect des institutions, du droit et de la loi.

Pour sa part, Rachida Enki, membre de ce conseil (PAM), a appelé les membres de l’opposition et de la majorité ”à trouver une solution définitive à ce différend’’, soulignant que le “conseil doit œuvrer pour la réalisation du développement”.

Le budget 2020 toujours en attente

Ceux qui s’opposants à la décision de la suspension des travaux de la session ordinaire du conseil ont un autre avis. Pour eux, il y a nécessité d’adopter les projets inscrits à l’ordre du jour, au lieu d’opter pour “un débat et des plaidoiries juridiques”. A l’ordre du jour de cette session, figurent l’examen et le vote d’accords de partenariats avec les collectivités territoriales et les chambres professionnelles portant, entre autres, sur la protection contre les inondations de certaines oasis et zones. Au programme également, des accords avec des départements gouvernementaux et des institutions publiques et d’autres avec des associations culturelles et sportives.

L’achèvement de la structuration des instances du conseil, l’examen et le vote du projet de budget 2020 et la programmation de l’excédent prévisionnel au titre de l’exercice 2020, ainsi que le projet de programmation de l’excédent réel des années 2016, 2017 et 2018, sont aussi des points à l’ordre du jour.