TUNISIE
06/04/2018 15h:26 CET | Actualisé 06/04/2018 17h:25 CET

Condamné à la peine de mort au Qatar, la famille du Tunisien Fakhri Landolsi clame son innocence, le ministère des Affaires étrangères intervient

Le ministère des Affaires étrangères a rassuré sa famille.

Sa mère, sa tante, sa famille, ses amis... tous crient à son innocence. Condamné pour une affaire de meurtre au Qatar, Fakhri Landolsi, un jeune tunisien âgé de 26 ans, risque d’être exécuté dans les jours qui viennent.

Titulaire d’une maîtrise en anglais, le jeune homme originaire de Kairouan, s’est rendu au Qatar en 2016 pour y travailler et aider sa famille à sortir de la précarité. 

Mais depuis près de 10 mois, son destin a basculé. “Nous avons perdu contact avec lui depuis mi-ramadan dernier” a précisé sa tante sur les ondes de Sabra Fm. Sa famille n’a reçu aucune nouvelle de sa part jusqu’à ce qu’il la contacte, 3 mois après, pour l’informer qu’il est derrière les barreaux dans l’attente de son procès, en ignorant les motifs de son arrestation. 

“Toute la famille s’est mobilisée pour comprendre ce qui se passe, mais aucune explication ne lui a été donnée”, souligne sa mère, dans une déclaration accordée à Mosaïque Fm. Récemment, elle a été informée qu’il est accusé de meurtre au Qatar. 

“Durant son incarcération, Fakhri n’a jamais reçu la visite d’un avocat, ni d’aucune autre personne” a noté sa mère.  

“Le dernier appel de Fakhri date de deux jours” a indiqué la mère. “Mon fils nie complètement les faits, et il n’a aucun lien avec le crime en question. Il m’a avoué, d’ailleurs, ne pas connaître la victime” a-t-elle poursuivi en clamant l’innocence de son fils unique. 

Dans son dernier appel, Fakhri lui a annoncé que le verdict est tombé le 28 mars dernier et qu’il sera exécuté dans les jours à venir. 

Le ministère des Affaires étrangères se mobilise

Réagissant à ces propos, le directeur de l’information au sein du ministère des Affaires étrangères, Bouraoui Limam est intervenu sur les ondes de Mosaïque Fm pour rassurer la famille de Fakhri. Il a expliqué que les autorités tunisiennes suivent de près le dossier du jeune homme et oeuvrent par tous les moyens pour garantir ses droits. Il a annoncé qu’un avocat lui sera dédié pour faire appel du verdict.

D’autre part, il a souligné l’impossibilité d’exécuter la peine capitale en quelques jours. Selon la loi qatarie, un délai d’un mois est accordé pour faire recours, a-t-il expliqué. 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.