TUNISIE
03/12/2016 06h:48 CET | Actualisé 03/12/2016 07h:01 CET

À la rencontre de Salma Barouni, Mehdi Zhioua et Emna Kraiem, trois lauréats tunisiens au concours international de piano à Rabat

Facebook/Salma Barouni

3 jeunes tunisiens ont reçu chacun un second prix au "Concours International de Piano Son Altesse Royale la Princesse Lalla Meryem", à Rabat.

Ce concours est organisé par l'Association les Amitiés Musicales tous les deux ans.

Il réunit les pianistes, âgés entre 10 et 30 ans, venus des quatre coins du monde, qui, du 18 au 24 novembre 2016, et selon différentes catégories, passeront des épreuves devant un jury d'artistes experts, de 9 nationalités différentes.

Sur plus d'une centaine de jeunes ayant participé au concours, 3 Tunisiens se sont vus octroyer des prix.

Emna Kraiem, Mehdi Zhioua et Salma Barouni, élèves de la pianiste tuniso-turque Fusun Guray-Regaieg.

Emna Kraiem et Mehdi Zhioua, 16 ans tous les deux, ont participé dans la catégorie "Jeunes pianistes 4", réservée aux pianistes âgés de maximum 18 ans. Salma Barouni, étudiante en 3ème année à l’Institut Supérieur de Musique de Tunis, a participé dans la catégorie "Supérieur", prévue pour les pianistes jusqu’à 25 ans.

Salma Barouni

A 21 ans aujourd'hui, cela fait 11 ans que Salma joue du piano, et tout avait commencé avec un jouet musical, un orgue pour enfants, sur lequel elle reproduisait tous les sons qu'elle entendait.

C'est ainsi que ses parents ont découvert la mélomane cachée en elle, et l'ont inscrite au Conservatoire National. 6 ans après, elle obtient son diplôme en Musique Arabe.

Sa passion envers la musique l'a conduite à l'Institut Supérieur De Musique De Tunis, là où elle poursuit une licence en Musicologie.

Entre temps, elle participe à plusieurs concours, notamment ceux de Unisson, l’association des mélomanes de Tunisie, et accumule les prix.

Elle accumule trois 1ers prix consécutifs, au concours de Beni Mtir, en 2009, 2010 et 2011. Aussi, le prix de l’ambassade de Pologne pour le meilleur interprète "Chopin", pour n'en citer que quelques uns.

En 2016, c'est la deuxième fois qu'elle participe et gagne au concours Lalla Meryem.

Salma commence déjà à composer son avenir. En 3ème année de Licence cette année, elle espère continuer ses études à l'étranger pour pouvoir se spécialiser en piano. "Ce n'est pas évident d'être pianiste," affirme-t-elle au HuffPost Tunisie, "Je dois travailler dur, je dois trouver les moyens pour financer mes cours."

Mehdi Zhioua

Chopin, Mozart et Beethoven sont ses sources d'inspiration. C'est à l'âge de 6 ans qu'il découvre octaves, dièses et bémols. D'abord au conservatoire Founoun, puis au conservatoire Rimsky Korsakov, là où il continue d'apprendre avec différents professeurs russes.

Il participe plusieurs fois à un concours à Nabeul et obtient à chaque fois le 1er prix. A l'âge de 10 ans, il obtient le 1er prix au concours Chopin de Beni Mtir. Il participe en 2013 à un concours international, organisé par UNISSON, et intègre dans la même année les cours de Fusun Regaieg au Conservatoire National.

"La musique classique procure cette sensation de profondeur émotionnelle intemporelle," décrit-il au HuffPost Tunisie, Mehdi a d'autres projets de carrière, mais le piano reste sa plus grande passion et "un enrichissement dans sa vie", comme il l'indique.

Emna Kraiem

Emna s'adonne au piano depuis l'âge de 6 ans et sa passion grandi avec elle. Elle devient l'élève de Fusun Regaieg à l'âge de 10 ans, avec laquelle elle approfondi sa technique et sa maitrise de l'instrument.

Elle commence à accumuler les prix dès l'âge de 10 ans, en participant au concours national, ou encore, au concours de Beni Mtir.

À 12 ans, elle part au Maroc, participer pour la première fois au concours Lalla Meryem, elle reçoit alors le 3ème prix. Elle y participe une seconde fois en 2014 et reçoit le 1er prix à l'unanimité.

Cette année, c'est sa troisième participation à ce même concours, une occasion de plus qui prouve son talent.

"J'aime beaucoup ce que je fais," dit-elle au HuffPost Tunisie, "Quand je joue du piano, je me laisse aller et je suis moi-même."

Pour elle, c'est une grande passion et un plan de carrière, et cela ne l'empêche pas d'écouter du Rock ou du Metal.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.