LES BLOGS
01/09/2014 07h:55 CET | Actualisé 01/11/2014 06h:12 CET

Comment peut-on être tunisien?

TUNISIANITÉ - Né du désir de la défense et de la promotion de la spécificité nationale, le nationalisme tunisien postrévolutionnaire pose problème par ses approches et par ses interprétations; il est simultanément perçu comme sentiment patriotique et comme doctrine politique, développés au niveau de la communauté nationale.

La "personnalité tunisienne" est un phénomène qui a suscité l'intérêt de plusieurs disciplines, de leurs théoriciens et praticiens. C'est un phénomène qui ne finira jamais de susciter l'intérêt des chercheurs du fait de l'apport renouvelé d'éléments inédits, novateurs, adaptés à l'esprit du temps et au contexte auquel il se relie.

Mais pour les simples Tunisiens, le fait de s'interroger sur le contenu de leur identité nationale montre que la société tunisienne a perdu le chemin d'évidence qui la conduisait, jusque-là, à la réponse, ou, plus probablement, qui rendait l'interrogation sans objet. La question de savoir quel est le contenu de l'identité nationale tunisienne dont chaque citoyen est officiellement détenteur ne peut se poser explicitement et collectivement qu'à partir du moment où l'on ne sait plus ce qu'elle recouvre.

Mais curieusement, dans ce domaine, ce n'est pas en posant la question que l'on peut trouver la réponse car il ne s'agit pas d'une demande de renseignement. La connaissance du fond historico-culturel de sa propre nationalité ne relève pas de l'information, de la déduction, de l'explication ou de la conceptualisation. Il n'y a aucune chance pour que le rappel de quelques événements historiques, presque toujours mythifiés par la mémoire collective, ou l'exaltation de quelques pièces de littérature soient de nature à combler le vide soudainement révélé par la question.

Assurément, la problématique de l'identité nationale apparaît quand à la réponse ne va plus de soi. Donc, l'émergence de ce type de question est le symptôme d'un doute identitaire. Une telle situation d'insécurité identitaire a exposé les Tunisiens à la tentation de se procurer des produits de substitution de type culturel ou cultuel, c'est pourquoi, "être tunisien" peut devenir seulement "être musulman malékite"! Or, les formes d'identité nationale qui caractérisent la Tunisie se sont précisément construites à distance de tels modèles. Le fait que la religion ait joué un rôle majeur dans la formation et l'expression de la culture et la conscience tunisienne n'y change rien parce que les identités maghrébines, dont la Tunisie est l'une des expressions, se sont édifiées à partir d'une succession d'apports qu'il est impossible de désolidariser les uns des autres.

Par conséquent, la communauté nationale tunisienne est un ensemble structuré et organisé dont la logique interne s'appuie fortement sur son évolution historique. Les membres de cette communauté nationale apprennent à l'intérieur des relations sociales et par l'action des facteurs de socialisation ce qu'ils sont et comment ils doivent se comporter pour prouver leur la "Tunisianité".

Par ses contenus, l'école confère une image globale sur ce qu'est la Tunisie et/ou sur ce qu'elle doit être, d'une part, et sur les rapports agréés liés à l'altérité, d'autre part. Afin d'accomplir cette mission, l'école tunisienne utilise soit des contenus descriptifs, soit le modèle des grandes figures historiques; comme Élissa-Didon, Hannibal et Kheireddine Bacha; pour diversifier ses approches.

Ainsi, le nationalisme tunisien est un sentiment en mouvement, ayant pour fondement l'unité historique qui doit jouer le rôle du pilier de la citoyenneté républicaine. Néanmoins, ce sentiment nationaliste est un état spécifique vécu par la nation et provoqué par le respect de ce principe, tandis que le mouvement nationaliste réside dans les actions induites par le sentiment national. Pour positiver de plus en plus le sentiment encourageant des comportements conformes aux attentes de la Nation, il faut qu'il y ait de la correspondance, de la reconnaissance et du soutien au niveau de la communauté nationale dans son ensemble, de même qu'il y ait des symboles nationaux qui renforcent les sentiments positifs à l'égard de l'espace national, et aussi un processus imaginatif visant l'entité tunisienne qui sert à son développement, à l'affirmation de sa spécificité au monde, au maintien de l'ordre social et de la cohésion interne.

Né du désir de la défense et de la promotion de la spécificité nationale, le nationalisme tunisien postrévolutionnaire pose problème par ses approches et par ses interprétations; il est simultanément perçu comme sentiment patriotique et comme doctrine politique, développés au niveau de la communauté nationale.

De cette façon, le nationalisme dans Tunisie postrévolutionnaire peut être synonyme du patriotisme comme amour naturel pour la communauté où l'individu vit, là où il est né et où il acquiert l'héritage matériel et spirituel des ancêtres, et à partir de cet l'amour naturel de chaque citoyen pour son territoire tunisien, on peut construire un sentiment patriotique-révolutionnaire de la collectivité qui mobilise la communauté nationale au moment où la souveraineté de la Nation ou l'indépendance de son territoire est menacée.

Retrouvez les blogs du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.