MAROC
18/08/2018 14h:36 CET

Les conseils d'une dermatologue pour bronzer sainement et prolonger son teint doré

Le soleil n’est pas forcément un ami.

David Lees via Getty Images

BIEN-ÊTRE - L’été est bien là et l’envie de paresser au soleil se fait de plus en plus pressante, mais le soleil n’est pas forcément un ami. Avant donc d’enfiler son maillot et s’allonger au bord de la mer ou de la piscine, quelques précautions sont nécessaires pour avoir une peau dorée sans risques de brûlures, ou même de cancer cutané.

“Normalement, il ne faut pas bronzer et éviter de s’exposer longtemps au soleil. Mais en pratique, il faut éviter de s’exposer entre 11h et 16h (GMT)”, assure au HuffPost Maroc la dermatologue Rim Chraïbi, basée à Rabat, qui nous livre les bons gestes à adopter pour parfaire son bronzage sans abîmer sa peau.

Une bonne couche de crème et de vêtements

Contrairement aux idées reçues, la crème solaire n’empêche pas de bronzer mais protège plutôt des rayons UVA et UVB qui peuvent être dangereux pour la peau, précise la dermatologue.

“Il faut absolument appliquer une crème solaire, en quantité suffisante, avec un indice solaire d’au moins 50 SPF, 15 minutes avant de s’exposer au soleil”, indique Dr Chraïbi en précisant que les crèmes solaires avec un indice de plus de 50 SPF ne protègent pas forcément davantage.

Si l’on prévoit de passer la journée à la plage, la crème doit ensuite être appliquée toutes les deux heures et au moins trois fois par jour, “même si on peut trouver aujourd’hui des produits qui promettent une protection de 8 heures”, précise le médecin.

gilaxia via Getty Images

Les personnes qui veulent bronzer plus vite peuvent utiliser des produits auto-bronzants avec une protection solaire élevée, suggère la dermatologue qui précise que ces produits deviennent dangereux si les personnes restent longtemps au soleil avec ces produits sur la peau.

“L’écran solaire ne protège cependant pas à 100% surtout pour les personnes ayant des problèmes de peau ou celles qui sont prédisposés à des pigmentations”, met en garde le médecin.

La protection vestimentaire n’est donc pas à négliger. “Il faut protéger sa tête pour éviter une insolation et ses yeux, très sensibles aux UVA. Le visage, zone à risque, doit aussi être couvert pour éviter le photovieillissement, vieillissement prématuré de la peau à cause du soleil”, indique Dr Chraïbi.

Personnes à risque

Mis à part les enfants qui sont beaucoup plus sensibles aux rayons du soleil, les personnes de carnation blanche ou qui ont des tâches de rousseur doivent aussi faire plus attention au soleil. Cependant, cela ne veut pas dire que les personnes à la peau mate ou noire n’ont pas besoin de protection solaire, prévient la dermatologue.

“Le bronzage vient d’abord d’une production importante de mélanine, pigment responsable de la coloration de la peau”, explique Dr Chraïbi. “Si les personnes à peau foncée sont plus résistantes aux UVA grâce à leur taux plus élevé de mélanocytes (cellules qui produisent de la mélanine), elles risquent tout autant de développer leur pigmentation et d’accélérer le vieillissement de la peau à cause des UVB”, prévient-elle.

Un bronzage qui dure

“Il y a des personnes qui peuvent garder leur bronzage plus que d’autres, selon leurs carnations. Les facteurs externes n’ont pas d’effets directs sur le bronzage”, tient à préciser la dermatologue.

Le médecin recommande pourtant de bien hydrater sa peau après chaque exposition. “Il ne faut pas oublier que le soleil est d’abord une agression pour la peau”, rappelle-t-elle.

wundervisuals via Getty Images

La peau réagit égalemnt à l’alimentation et il faut donc aussi bien la nourrir de l’intérieur. Le médecin recommande de boire beaucoup d’eau, de privilégier les légumes verts comme les brocolis pour bien hydrater sa peau et consommer des aliments riches en antioxydants qu’on trouve dans les fruits, notamment les agrumes. “Et ne pas stresser!”, ajoute la dermatologue.

Dr Chraïbi déconseille également d’aller au hammam, mais pas seulement pour garder son bronzage. ”À la base, je suis contre le hammam et le gant de gommage marocain qui inflige un traumatisme à la peau et enlève les cellules de peau qui meurent et se renouvellent toutes seules”, explique le médecin.

En cas de brûlures...

Malgré toutes ces précautions, le risque de brûlure est toujours présent. S’il s’agit d’un simple érythème - une rougeur superficielle -, le médecin recommande de “simplement se doucher et appliquer une crème apaisante” en veillant à ce que les parties brûlées ne soient plus exposées au soleil.

Cependant, dans le cas d’une brûlure profonde “avec des bulles”, il faut consulter un médecin au plus vite. “On peut ici même parler de risque de cancer”, alerte Dr Chraïbi.

“Il y a une relation entre le risque de développer un cancer cutané à l’âge adulte et les brûlures bulleuses pendant l’enfance, surtout les personnes de carnation blanche”, souligne le médecin.