ALGÉRIE
05/10/2019 16h:25 CET

Commémoration du 05 octobre: chasse à l'homme à Place des Martyrs

Le rassemblement commémoratif du 5 octobre prévu, à la Place des Martyrs, à Alger a été vite dispersé. Des dizaines de militants de différents partis ont été interpellés. A la Place et ses environs, les forces de l’ordre ont mené une véritable chasse à l’homme, traquant, un par un, les manifestants qui ont réussi à s’éloigner du lieu de rassemblement.

Un dispositif sécuritaire important occupait déjà à la Place des Martyrs. Une première tentative de se rassembler venait d’être étouffée dans l’oeuf. Des dizaines d’interpellations. Des agents de force de l’ordre étaient mobilisés, debout un peu partout, tandis que d’autres fouillaient ou vérifiaient les pièces d’identités de passants, suspectés d’être venus prendre part à ce rassemblement. Des policiers en tenue civile courraient autour du commissariat de la Basse-Casbah. 

Ils avaient cru avoir fait le plus dur. Certains groupes des force de l’ordre, en tenue ou pas, se relâchaient, rigolaient entre eux. Idem pour des journalistes, qui échangeaient, en groupe, des informations sur les militants interpellés.

Une trentaine de policiers se sont vite mis à courir, sur ordre d’un agent en tenue civile. De l’autre côté de la Place, près des abribus, des voix se sont élevées. Il était difficile de connaître le nombre des militants, cachés par deux bus. 

Les forces de l’ordre les ont vite embarqués dans un “panier à salade”, dont les portes étaient grandes ouvertes pour accueillir les détenus. Tandis que certains y montaient calmement, faisant signe aux agents de se calmer et de ne pas les bousculer, d’autres, deux jeunes et une personne âgée notamment, affichaient une certaine résistance. Un homme s’accrochait à un arbre avant d’être embarqué de force tandis qu’un autre s’est fait trainer sur le sol. 

Le “panier à salade” chargé, les deux jeunes militants ont été dirigés vers le commissariat de la Basse Casbah. Il demandait à être libéré lorsqu’un policier lui a asséné un violent coup de poing, en plein visage. Ses collègues l’ont vite éloigné et tenté de le calmer. 

Devant le fourgon où étaient entassés les autres manifestants, un policier en tenue civile s’est mis à sommer les passants d’évacuer la Place des Martyrs. Personne n’était autorisée à y rester, pas même des citoyens, femmes et personnes âgées, assises à plusieurs dizaines de mètres, à savourer tranquillement une glace ou à discuter. 

Les badauds, de passage, qui marquaient une pause par curiosité étaient quant à eux approchés par des policiers qui leur demandaient de continuer leur chemin.  

Les forces de l’ordre reprenaient alors les fouilles et les vérifications des papiers d’identité tandis que leurs collègues emmenaient de temps à autres, des personnes au commissariat. 

Chasse aux manifestants à la Basse-Casbah

Après quelques minutes de répit, des agents de force de l’ordre se sont, de nouveau, mis à courir, sortant du commissariat par groupes derrière trois policiers en tenue civile. Cette fois-ci, ils se sont lancés dans une chasse aux militants dans les ruelles parallèles de la Basse-Casbah. 

Ils enjambaient par groupe, les escaliers menant au marché du même quartier avant de se séparer pour encercler leur cible, repérée plus haut. Un jeune homme, finalement interpellé par deux policiers, qui lui assénaient des gifles pendant qu’ils l’emmenaient au commissariat. “Haggarines, t’as vu comment ils le giflaient”, a fait une dame à son accompagnatrice. 

Le reste des policiers a continué leur montée avant de rebrousser chemin, “les mains vides”. 

Plusieurs militants du Mouvement démocratique et social (MDS), dont son porte-parole, Fethi Gherras, ont été arrêtés. Le Comité national pour la Libération des détenus (CNLD) a aussi alerté sur l’interpellation de l’avocate Aouïcha Bekhti. Des parents de détenus d’opinion ont également été arrêtés.

La même source a annoncé leur libération. Libérés, les manifestants se sont quand même rassemblés, cette fois-ci à la rue Didouche, à proximité de la fac centrale histoire de marquer cette journée et de commémorer leur 05 octobre.