MAROC
16/03/2018 19h:32 CET

Comme Trump, cette candidate républicaine utilise une vidéo du Maroc contre les migrants mexicains

Tel président, telle candidate.

VIDÉO - Dans sa chasse aux “fake news”, Donald Trump ferait mieux de regarder dans ses propres rangs. La Républicaine Christina Hagan, candidate dans l’Ohio pour un siège au Congrès américain, use visiblement des mêmes méthodes que le président américain pour gratter des voix.

Depuis quelques mois, la candidate utilise, dans sa vidéo de campagne que vous pouvez voir ci-dessous, des images de dizaines de migrants escaladant les barrières à la frontière entre le Maroc et l’enclave espagnole de Melilla, suggérant qu’il s’agit de Mexicains à la frontière sud des États-Unis.

Comme l’a relevé vendredi 16 mars dans un tweet Andrew Kaczynski, journaliste chez CNN, cette séquence est tirée d’un reportage datant de 2014 sur la frontière entre le Maroc et l’Espagne, diffusé sur la chaîne de télévision italienne RepubblicaTV.

“Ces images utilisées par cette candidate pro-Trump du Congrès de l’Ohio de personnes qui escaladent une barrière frontalière - que la vidéo laisse entendre être à la frontière mexicaine - sont en réalité des migrants fuyant au Maroc”.

“Nous devons arrêter l’afflux de drogue et d’immigrants illégaux dans ce pays”, dit Christina Hagan en voix off dans sa vidéo de campagne, accompagnée du message “Secure our borders” (“Sécurisons nos frontières”).

Comme le rappellent nos confrères du HuffPost US, “c’est au moins la deuxième fois qu’un candidat conservateur utilise des images du Maroc pour tenter de susciter un sentiment anti-immigrant”. Donald Trump lui-même avait utilisé ces images début 2016, lorsqu’il était candidat à la présidentielle. Dans cette vidéo, on pouvait entendre une voix off dire que Trump “arrêtera l’immigration clandestine en construisant un mur sur notre frontière sud que le Mexique paiera”.

Christina Hagan est candidate à la primaire du parti républicain le 8 mai pour représenter le 16e district du Congrès de l’Ohio, indique le HuffPost US, précisant que son site web la présente comme une candidate “pour la classe moyenne, anti-establishment et pro-Trump”.

LIRE AUSSI: Ce jour où Trump a confondu le Maroc avec le Mexique