ALGÉRIE
12/03/2019 19h:36 CET

Comme Bouteflika, Moubarak avait lui aussi affirmé qu'il ne voulait pas d'un nouveau mandat

DR

Dans la lettre de la présidence algérienne publiée dimanche 12 mars qui a annoncé le report sine die de la présidentielle d’avril, on append que le président Abdelaziz Bouteflika ne voulait pas se présenter à un 5e mandat, une affirmation surprenante qui intervient 10 jours après le dépôt de son dossier de candidature. 

“Il n’y aura pas de cinquième mandat et il n’en a jamais été question pour moi”, lit-on ainsi dans le message de la présidence attribué au président Abdelaziz Bouteflika, une phrase qui rappelle étrangement un certain président égyptien. 

Le 1er février 2011 et après plusieurs jours de manifestations contre le régime qui avaient démarré le 25 janvier en Egypte, le président Hosni Moubarak avait livré son deuxième discours en réaction à la révolution qui conduira à sa chute le 12 février 2011.

Dans son mot, l’ancien président avait annoncé un remaniement ministériel, une autre ressemblance avec la situation en Algérie. En plus de la lettre de la présidence, le premier ministre Ahmed Ouyahia a également a été remplacé dimanche par Noureddine Bedoui.

Mais la similitude la plus frappante a été cette phrase dans le discours de Hosni Moubarak: “Je ne comptais pas me présenter à un nouveau mandat présidentiel”. (à partir de 5:30 dans la vidéo ci-dessous). 

 

La comparaison s’arrête cependant là. Le mandat de l’ancien président égyptien devait se terminer en septembre 2011 et les manifestations en Egypte n’étaient pas directement liées à une échéance électorale, même si elles ont mené la chute du régime de M. Moubarak.