TUNISIE
25/04/2018 12h:26 CET | Actualisé 25/04/2018 12h:28 CET

Classement RSF sur la liberté de la presse 2018: La Tunisie fait du surplace, l'Europe menacée

La Tunisie fait partie des pays où “des motifs d’inquiétudes persistent” selon RSF

FETHI BELAID via Getty Images

L’ONG Reporters Sans Frontières a publié mercredi son classement 2018 sur la liberté de la presse, et la Tunisie fait du surplace.

Classée à la 97eme place sur 180 pays, la Tunisie obtient le même classement qu’en 2017.

En effet afin de réaliser son classement RSF prend en considération de nombreux critères qui, combinés, donnent un score compris entre 0 et 100 (0 y représente la meilleure note, 100 la pire). La Tunisie obtient cette année le score de 30,91 sur 100.

Parmi ces critère l’on retrouve: le pluralisme, l’indépendance des médias, l’environnement et l’autocensure, le cadre légal, la transparence, l’infrastructure et les exactions.

RSF

 

Selon RSF, la Tunisie fait partie des pays où la liberté de la presse connait des “problèmes significatifs” et où “des motifs d’inquiétudes persistent”: “La transition démocratique toujours en cours en Tunisie ne garantit pas encore une pleine liberté de l’information. En 2017, les Organisations de la société civile tunisienne et les ONG internationales ont exprimé leurs inquiétudes quant aux lenteurs et aux manquements qui marquent l’élaboration du nouveau cadre légal relatif au secteur médiatique” a affirmé l’ONG.

“Les pressions exercées sur les journalistes perdurent, ainsi plusieurs cas d’interpellations de journalistes, notamment de correspondants de médias étrangers ont été recensés lors des mouvements sociaux qui ont marqué la fin de l’année 2017” ajoute RSF. 

La Tunisie est avec la Mauritanie, Les Comores, le Koweit et le Liban, le seul pays arabe où la liberté de la presse n’est pas en “situation difficile” ou “très grave”. 

Dans la région du Maghreb, la Tunisie n’est pas le pays le mieux classé puisqu’il est devancé par la Mauritanie (72eme). Cependant il devance le Maroc (135eme), l’Algérie (136eme) et la Libye (162eme).

La Norvège, la Suède et les Pays-Bas sont les 3 pays où la liberté de la presse est la plus respectée en 2018.

Le Turkménistan,l’Erythrée et la Corée du Nord sont les 3 pays où la liberté de la presse est la moins respectée en 2018.

Selon RSF, “l’hostilité des dirigeants politiques envers les médias n’est plus l’apanage des seuls pays autoritaires (...) De plus en plus de chefs d’Etat démocratiquement élus voient la presse non plus comme un fondement essentiel de la démocratie, mais comme un adversaire pour lequel ils affichent ouvertement leur aversion” citant en exemple les État-Unis de Donald Trump, la République Tchèque ou encore la Slovaquie. 

Paradoxalement, “c’est en Europe, la zone géographique où la liberté de la presse est la moins menacée dans le monde, que la dégradation de l’indice régional est la plus importante cette année” note RSF. 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.