MAROC
11/10/2018 12h:13 CET

Cinéma: "Volubilis" de Faouzi Bensaidi remporte le prix du jury du festival de Malmö

Le film, actuellement en projection dans les salles du royaume, a conquis le jury et le public suédois.

FAOUZI BENSAID/VOLUBILIS

CINÉMA - Le cinéma marocain a encore fait des étincelles. À l’occasion de la 8ème édition du Festival du Film Arabe de Malmö (MAFF), qui se tenait du 5 au 9 octobre en Suède, le cinéaste marocain Faouzi Bensaidi s’est vu décerner le prix du Jury pour son film “Volubilis”. Une récompense qui a été remise à l’actrice principale du film, Nadia Kounda, radieuse dans un caftan rose et or.

Actuellement en projection dans les salles marocaine depuis le 3 octobre dernier, “Volubilis” est le quatrième long métrage, de Faouzi Bensaidi. Il y dénonce la condition des travailleurs pauvres écrasés par la mondialisation à travers l’histoire d’amour tragique d’Abdelkader et Malika, un duo touchant interprété par Nadia Kounda et Mouhcine Malzi. 

Considéré comme l’un des plus grands festivals de cinéma axés sur le cinéma arabe en dehors du monde arabe, le MAFF a ainsi offert à son public un voyage dans la ville de Meknès, pour découvrir l’histoire bouleversante de ce jeune couple dont la relation est mise en péril par un terrible déclassement social. Plongés dans une extrême pauvreté, les amoureux philosophent au milieu des ruines romaines de Volubilis, et tentent de s’extirper de cette terrible descente aux enfers. 

L’actrice, qui a notamment fait parler d’elle pour son rôle dans “L’Amante du Rif” de la réalisatrice Narjiss Nejjar en 2011, ou encore dans la série “Mille et une nuits d’Anouar Moatassim, a également remporté le prix de la Meilleure actrice pour son rôle dans “Volubilis”, le 29 septembre dernier, lors du Festival du film d’El Gouna au Caire. Organisé par le milliardaire égyptien Naguib Sawiris, l’événement est considéré comme le festival de Cannes du Moyen Orient. Il faut dire qu’il est difficile de résister au charme de Nadia Kounda, l’interprète de Malika, qui illumine chaque plan par son intelligence du jeu et sa beauté, dégageant une sensualité redoutable par un simple regard. 

Mouhcine Malzi, qui a déjà collaboré avec le réalisateur dans “Mort à vendre”,  est la révélation du film. Le jeune acteur y incarne un Abdelkader moralisateur et bourré de défauts mais avec lequel on ne peut pas s’empêcher de compatir au moment de sa chute.

Le film, qui a notamment reçu une pluie de récompenses lors du Festival National du Film de Tanger, a également été sélectionné lors de plusieurs événements internationaux, de La Mostra de Venise au festival du nouveau cinéma Montréal/Canada, en passant par le Festival international du film francophone de Namur.