10/03/2016 13h:10 CET | Actualisé 10/03/2016 13h:21 CET

Quand le Centre cinématographique marocain avoue que les chiffres des investissements étrangers étaient "bidonnés"

MAP
Cinéma: Quand le CCM avoue que les chiffres des investissements étrangers sont

CINÉMA - C'est un communiqué un peu particulier que le Centre cinématographique marocain (CCM) a publié jeudi 10 mars sur son site, quelques jours après avoir rendu publics les chiffres officiels des budgets investis par les productions étrangères au Maroc en 2015.

Des chiffres qui montraient une tendance à la baisse, les sommes investies étant passé de 1,166 milliard de dirhams en 2014 à 336,4 millions de dirhams un an plus tard. Plusieurs médias avaient alors spéculé sur les raisons de cette importante baisse.

Selon le CCM, "des esprits malveillants ont fait une lecture biaisée des chiffres qui concernent la production étrangère au Maroc. D’après cette lecture orientée, le Maroc aurait subitement été boudé par les producteurs étrangers à cause, selon eux, de la 'politique de censure' qui serait menée par le gouvernement et par le Centre cinématographique marocain".

"Les producteurs mettaient ce qu'ils voulaient"

Problème: le CCM lui-même explique que les chiffres qu'il délivrait chaque année sur les budgets investis par les productions étrangères venues tourner au Maroc n'étaient en fait pas fiables jusqu'à fin 2014. "Ces chiffres étaient calculés sur la base des seuls montants déclarés par les producteurs étrangers à l'appui de leurs demandes d'autorisation de tournage. Jusqu'en décembre 2014, aucune vérification n’était faite, ni a priori ni a postériori, pour confirmer ou infirmer ces chiffres", indique le CCM.

Interrogé par le HuffPost Maroc, Sarim Fassi Fihri, directeur du CCM, avoue que jusqu'à ce qu'il prenne la tête du centre en octobre 2014, ces chiffres étaient "bidonnés". "Les producteurs mettaient ce qu'ils voulaient, et cela faisait plaisir à tout le monde", ajoute-t-il.

Des chiffres jusqu'à trois fois supérieurs aux montants réels

Ainsi, "les sociétés de productions ont parfois, voire souvent, tendance à déclarer des montants surestimés afin de mieux intéresser les pouvoirs publics et de faciliter ainsi leurs demandes d'autorisations spécifiques ou de mise à disposition des services, des moyens et des biens de l'Etat pour les besoins de leurs tournages", peut-on encore lire dans le communiqué. "Les chiffres déclarés auparavant étaient deux, voire trois fois supérieurs aux montants réels des investissements".

D'où l'apparente baisse des investissements d'une année à l'autre. "Mais depuis janvier 2015, on oblige les productions étrangères à fournir une attestation du chiffre d'affaires à la fin du tournage et un document de leur établissement bancaire au Maroc", fait valoir M. Fassi Firhi, qui explique qu'il serait maintenant "très difficile voire impossible" de faire une vérification a posteriori des chiffres donnés les années précédentes.

Si le CCM souhaite désormais jouer la carte de la transparence, c'est aussi pour permettre aux productions étrangères d'obtenir le nouvelle remise de 20% sur investissement, une incitation fiscale lancée fin 2015 par le CCM qui vise à encourager le cinéma étranger à venir tourner dans le royaume.

LIRE AUSSI:Lieux de tournage: Le cinéma marocain fait sa promotion au Festival de Berlin

Galerie photo Dix films cultes marocains Voyez les images