MAROC
23/07/2019 15h:35 CET

Cinéma: Les productions étrangères ont investi 700 millions de dirhams au Maroc en 2018

Le cinéma marocain a, lui, bénéficié d'un appui financier de 100 millions de dirhams.

EvgeniyShkolenko via Getty Images

CINÉMA - Le Maroc séduit de plus en plus de producteurs de cinéma étrangers. Le volume de leur investissement permet d’en faire le constat, en tout cas. Il est de 731,525 millions de dirhams au titre de l’année 2018, contre 479,34 millions de dirhams l’an précédent. Le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Laaraj, se félicite de l’augmentation qu’a enregistrée la production cinématographique étrangère au Maroc, précisant qu’elle atteint 47,18%.

Ce bilan, le ministre l’a présenté, hier, au cours du conseil d’administration du Centre cinématographique marocain (CCM), qu’il a présidé. Relayant ce dernier, un communiqué publié, ce mardi, par le département de Laaraj sur son site web, indique qu’au total, 1.315 autorisations de tournage ont été accordées au titre de l’année 2018, dont 691 au profit de productions marocaines et 624 pour des productions étrangères, auxquelles s’ajoute l’octroi de 331 cartes professionnelles.

Pour le ministre, les efforts de son équipe commencent à donner de bons résultats, dont l’adoption du projet de loi 70.17 réorganisant le CCM et la modification de la loi 20.99 relative à l’industrie cinématographique actuellement soumise au Parlement. Laaraj a souligné qu’un nouveau chantier législatif est en cours d’élaboration au sein de son département, en vue de doter le Maroc d’une industrie cinématographique et audiovisuelle compétitive, espère le ministre.

http://www.mincom.gov.ma

En attendant, ce dernier est bien conscient de l’importance d’accorder au cinéma national les moyens de faire plus et mieux. En 2018, le développement de la production cinématographique au Maroc a bénéficié d’un budget de 75 millions de dirhams, une somme allouée à la subvention de la production cinématographique nationale. 15 millions de dirhams de ce budget ont été consacrés à la réalisation de documentaires sur la culture et l’histoire sahariennes hassanies.

Autre action que tient à souligner le ministre: l’augmentation du soutien accordé aux festivals. Ainsi, 23 millions de dirhams ont bénéficié à 67 festivals et manifestations cinématographiques. Un budget de 8,5 millions de dirhams a été, lui, alloué à la numérisation, la réhabilitation et la création de salles de cinéma. “Ce qui porte le montant global octroyé au secteur cinématographique à 100 millions de dirhams”, a précisé Laaraj.