MAGHREB
17/04/2014 08h:58 CET | Actualisé 19/04/2014 18h:43 CET

Un prêtre lance la version arabe de son application "iBreviary" pour les chrétiens en terre d'Islam

Facebook

Le Pape François, qui a franchi hier le seuil de 13 millions de followers sur Twitter, avait qualifié le net de "cadeau de Dieu".

Et ce n'est pas ce "iPriest" (ou "prêtre 2.0") qui le contredira! Père Paolo Padrini, ex consultant auprès du Conseil pontifical pour les communications sociales et coordinateur du projet "Pope2You" (lancé par le Vatican), a créé en 2008 sa première application mobile: iBreviary.

Traduite jusque là en 6 langues (italien, anglais, français, espagnol, roumain et latin), celle-ci vient de voir le jour en arabe, pour faciliter la "liberté religieuse", explique Père Padrini.

"Aujourd’hui, avec le lancement de la version arabe, l’application peut être utilisée dans ces pays musulmans où la vente du bréviaire (livre de prière catholique, ndlr) est interdite et où, dans certains de ces pays, vous n’avez même pas le droit d’en posséder un", a-t-il déclaré.

La communauté chrétienne et les prêtres en particulier sont en effet régulièrement visés dans des pays comme le Pakistan, l’Egypte, l’Irak ou l'Arabie Saoudite.

LIRE AUSSI: Arabie Saoudite: Un décret royal criminalise l'appel à l'athéisme

"Je veux permettre (aux chrétiens dans des pays arabes) de prier dans leur propre langue, pour les débarrasser de l’idée que leurs propres langue et culture sont hostiles à leur croyance."

Cette application gratuite est disponible sur l’instant sur iPhone, en attendant son lancement sur iPad (prévu dans trois semaines) et Android (pour cet été).

Comment sera-t-elle reçue? Bien, espère Père Padrini.

"Les catholiques qui prient en arabe, c'est un symbole de cohabitation religieuse et de paix", a-t-il dit. "J’espère que l’application sera vue comme pacifique, et non comme un geste hostile. Et j’espère qu’elle ne sera pas censurée."

LIRE AUSSI: Quand une application peut vous sauver la vie, des arrestations en Egypte aux explosions au Liban

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.