ALGÉRIE
25/08/2018 12h:38 CET | Actualisé 25/08/2018 12h:46 CET

Choléra: une source d'eau à l'origine de l'épidémie à Tipaza

DR

Une source d’eau de la localité de Sidi Lekbir, dans la commune Ahmar El Aïn est à l’origine des 19 cas de choléra issusd ans la wilaya de Tipaza , a annoncé Djamel Fourar, directeur de la prévention au ministère de la Santé.

Interrogé par la chaîne de télévision privée, Ennahar TV,  Dr. Djamel Fourar a fait savoir que le nombre de cas suspectés de choléra est de 139, dont 6 cas à Bouira depuis jeudi, 90 à Blida, 22 à Alger, 19 à Tipaza, 1 à Médéa et un autre à Aïn Defla. 

Le même responsable au ministère de la Santé a fait savoir que la source d’eau de Sidi Lekbir est à l’origine de cette épidémie dans la wilaya de Tipaza. “Une famille ayant bu de cette source a été touchée par la maladie”, a-t-il fait savoir.

M. Fourar a rassuré que cette source “a été condamnée car son eau n’est pas potable et peut provoquer à d’autres cas de choléra”. 

Il s’agit, selon ses précisions, une source naturelle, inexploitée par une quelconque société mais dont l’eau est consommée par les habitants de la localité. “Les conditions de propreté ne sont toutefois pas respectées et l’eau n’a jamais été traitée”, a-t-il affirmé.

Concernant les autres wilayas, il a expliqué que l’enquête suit son cours et que plusieurs sources d’eau sont en cours d’inspection.

 Le directeur de la Prévention a conseillé aux Algériens se ressourçant aux sources d’éviter les points d’eau non traités, conseillant aux citoyens obligés de faire bouillir l’eau et de la traiter avec de l’eau de javel avant de la consommer.

Jeudi, le ministère de la Santé a annoncé 41 cas de choléra confirmés parmi 88 suspects à Alger, Bouira, Blida et Tipaza. Un décès avait été enregistré. 

Le nombre de cas suspectés et confirmés n’a pas cessé d’augmenter à Blida et Alger, selon les directeurs des établissements hospitaliers, tandis que que des dizaines autres cas quittaient l’hôpital. Pourtant, le ministère de la santé a affirmé vendredi que les 41 cas de choléra enregistrés dans quatre wilayas du pays étaient des cas “isolés et limités à des familles”.

Le directeur de l’Institut Pasteur, Zoubir Harrat, a déclaré lors d’une conférence de presse qu’il soupçonnait une origine alimentaire, dont des fruits et légumes transportés de mains sales sans confirmer cette origine, qui fait toujours l’objet d’une enquête.

Il a exclu une contamination liée à la consommation d’eau. Ces déclarations ont été confirmées par les ministères de la Santé et des Ressources en eau. En vain, les Algériens se méfiant toujours de l’eau du robinet, prenant d’assault les épiceries pour s’approvisionner en eau minérale

Ils soupçonnent même le ministère de la Santé d’avoir voulu cacher l’information, puisque la presse rapportait que des responsables ont eu la confirmation de cas de choléra depuis au moins lundi 20 août.