ALGÉRIE
24/08/2018 12h:54 CET | Actualisé 24/08/2018 13h:07 CET

Choléra: les Algériens prennent d'assault les épiceries malgré les assurances du ministère des ressources en Eau

yanik88 via Getty Images

Malgré les affirmations de l’Institut Pasteur quant à l’origine, alimentaire et non hydrique, de l’épidémie de choléra annoncée par le ministère de la santé dans quatre wilayas, les Algériens restent méfiants. Doutant de la qualité de l’eau potable du robinet, ils ont pris d’assault les épiceries pour s’approvisionner en eau minérale. 

Dans certains quartiers de la capitale, Alger, des magasins, en rupture de stock, attendent déjà les prochaines livraisons en eau minérale. 

L’Association algérienne pour la protection des consommateurs (APOCE) tente, pour sa part, de confirmer les assurances de l’Institut Pasteur sur la bonne qualité de l’eau du robinet. 

 

La confirmation jeudi 23 août 2018 par le ministère de la Santé de 41 cas sur 88 suspects de choléra a provoqué une pannique générale chez les Algériens habitant à Alger, Blida, Bouira et Tipaza, les 4 wilayas concernées par cette épidémie.  

Le directeur général de l’Institut Pasteur, Dr. Zoubir Harrath, a affirmé lors d’une conférence de presse que les analyses bactériologiques effectuées sur des échantillons prélevés de personnes atteintes ont confirmé que l’épidémie du choléra s’est propagée en raison du non-respect des règles d’hygiène concernant la consommation de certains aliments, excluant une contamination liée à la consommation d’eau.

Pourtant, vendredi matin, les fardeaux d’eau se font rares dans les supérettes et les magasins “d’alimentation générale”, notamment dans les quartiers de la banlieue est de la capitale. 

A Bab Ezzouar, les fardeaux en stock se sont écoulés en un quart d’heure. “J’ai eu déjà du mal à m’approvisionner en quelques fardeaux de petites bouteilles. J’attends depuis 11H l’arrivée de mon fournisseur pour me réapprovisionner”, explique au HuffPost Algérie le gérant d’une épicerie au quartier 8 Mai 1945, dit Sorécal.

D’autres quartiers de la commune semblaient également atteints par la pénurie et les habitants, pas prêts à risquer de boire l’eau du robinet, préfèrent même s’hydrater avec des boissons gazeuses ou des jus industriels.

Le même état d’alerte a été rapporté par la chaîne de télévision privée Ennahar dans les quartiers d’Alger-Centre, où les habitants exploraient chaque épicerie à la recherche de l’eau minérale. 

 L’APOCE et l’ADE  rassurent

Pourtant, il n’y a aucun risque à boire l’eau du robinet. Du moins, selon le ministère des Ressources en eau et l’Association algérienne pour la protection des consommateurs (APOCE).

Vendredi, le ministère rassurait à son tour les Algériens quant à la sécurité de l’eau potable, appelant les habitants des quatre wilayas ”à ne pas paniquer” dans un communiqué publié sur sa page Faceboo.

La même source a affirmé que toutes les stations sont dotées de ressources suffisances pour s’assurer de l’état de l’eau. 

De son côté, l’APOCE a recommandé aux citoyens ayant peur de consommer l’eau du robinet à verser deux gouttes de javel ... “afin de ne pas créer une pénurie dans les marchés par notre panique”.

Le nombre de cas suspects de choléra est passé à 107 à l’hôpital de Boufarik, a déclaré le directeur de cet établissement vendredi 24 août à la chaîne de télévision Dzair News. 

37 cas ont également étaient confirmés à Boufarik. 18 personnes ont quitté l’hôpital, a ajouté le même responsable.

La veille, le ministère de la Santé a annoncé 41 cas de choléra confirmés parmi 88 suspects à Alger, Bouira, Blida et Tipaza. Un décès a été enregistré. 

 

Il s’agit de la première épidémie de choléra en Algérie depuis plus de 20 ans.