ALGÉRIE
26/08/2018 13h:08 CET | Actualisé 26/08/2018 15h:30 CET

Choléra: inspection des produits agricoles, 49 cas confirmés par Hasbellaoui

DR

Le ministre de la Santé et de la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui, s’est (enfin) rendu ce dimanche 26 août 2018 à l’hôpital de Boufarik, à Blida ... quatre jours après la confirmation de l’épidémie dans plusieurs wilayas.  

Le ministre, accompagné par la ministre de la Solidarité sociale, Ghania Dalia,  a inspecté le dispositif mis en place par l’hôpital de Boufarik “pour maîtriser l’épidémie de choléra dans la région”.

Il a animé une conférence de presse, durant laquelle il a réitéré que la source d’eau de Sidi Lekbir à Tipaza était l’origine de l’épidémie. Il a également fait savoir que le nombre de cas confirmés est passé à 49 sur 147 hospitalisés, promettant que la “situation était maîtrisée”.

Selon le spécialiste en épidémiologie au niveau de l’hôpital de Boufarik, DR Amine Abdallah,  31 malades du choléra se sont rétablis de leur maladie.

M. Hasbellaoui a déclaré lors de son discours que “le gouvernement est mobilisé pour prévenir et soigner cette épidémie de choléra, sur instruction du président Bouteflika, qui s’enquiert tous les jours de l’état de santé des Algériens”. 

Le ministre de la santé a fait état de la coordination entre les membres de son département avec les responsables locaux de Blida et des autres wilayas pour maîtriser cette épidémie.

Il a félicité le personnel médical et para-médical de l’hôpital de Boufarik pour “leur mobilisation depuis la confirmation de la maladie”, rappelant qu’une cellule de crise a été mise sur pied au ministère pour définit une stratégie contre cette épidémie.

Des prélèvements sur les produits agricoles

Après avoir souhaité un prompt rétablissement aux malades, Mokhtar Hasbellaoui a révélé que les centres chargés de la prévention inspectent toujours les sources d’eau éventuellement contaminées. Il a fait savoir que 38 prélèvements ont été effectués sur des points d’eau à Bouira, Blida, Alger et Tipaza. 

Il a également indiqué avoir demandé aux walis et responsables locaux d’ordonner des prélèvements sur les produits agricoles irrigués aux alentours des points d’eau suspectés, exigeant un “travail minutieux”.

A propos des cas suspectés, le ministre de la Santé a fait savoir que les vibrions cholériques ne sont pas les seules à causer des diarrhées. Il a fait savoir que 71% des sources inspectées étaient infectées par des vibrions cholériformes, similaires aux bactéries cholériques, qui peuvent également causer des diarrhées et des gastro-entérites. Des infections pas aussi “graves que celles du choléra mais toutes aussi dangereuses”.

Rappelant avoir écarté la possibilité d’une infection de l’eau potable du robinet, le ministre a appelé les citoyens ”à être conscients et volontaires” dans la lutte contre cette épidémie, exigeant également du personnel médical de sensibliser sur les causes des maladies transmissibles épidémiques.