ALGÉRIE
11/09/2018 12h:50 CET | Actualisé 11/09/2018 12h:50 CET

Choléra: le huit clos de l’hôpital Sid Chahmi (Oran) devient alarmant

DR

Les autorités sanitaires de la wilaya d’Oran ont fini par confirmer l’existence d’un cas de choléra avéré à l’hôpital psychiatrique de Sid Chahmi. La vérité est qu’il ne s’agit pas d’un seul cas comme reconnu officiellement, mais d’au moins huit cas confirmés après analyse de l’institut Pasteur, sur 20 patients suspectés d’êtres infectés par le microbe.

Selon notre source proche du secteur sanitaire d’Oran, le patient reconnu malade est en fait le cas le plus grave parmi les autres malades mentaux pensionnaires de l’hôpital de Sid Chahmi.

Il a été évacué vers le CHU d’Oran. “On parle de septicémie”, affirme notre source. La stratégie du déni, arrêtée par les officiels n’a pas pu résister au delà de quelques jours après cette évacuation avec pronostic vital engagé.

L’hôpital de Sid Chahmi est désormais coupé de l’extérieur. Les visites des familles des patients ont été suspendues et le personnel médical sommé à des règles draconiennes de sécurité et de confidentialité.

“L’enquête en cours n’a pas encore permis de situer la source de contamination”. Pour certains elle serait à l’intérieur de l’hôpital, “il y a des marres mitoyennes des fosses sceptiques” dans lesquelles des patients non surveillés auraient pu s’abreuver.

Pour d’autre la source de contamination serait externe. C’est cette thèse que soutient en creux la direction de la santé d’Oran en indiquant que le patient de Sid Chahmi reconnu atteint de choléra vient de la wilaya de Tiaret.