ALGÉRIE
25/08/2018 11h:45 CET | Actualisé 25/08/2018 11h:57 CET

Choléra: hausse des cas suspectés à Boufarik et Alger

Rost-9D via Getty Images

Le nombre de cas suspectés de choléra est passé à 127 à l’hôpital de Boufarik de Blida et 9 à l’hôpital El Kettar d’Alger, selon les directeurs respectifs des deux établissements dans une déclaration à la chaîne de télévision privée Ennahar TV. 

Le directeur de cet hôpital Reda Derbouche a déclaré samedi matin que le nombre de cas suspectés de choléra est passé à 127 cas. Il était de 117 ce matin, dont 57 femmes, 28 hommes et 32 enfants, selon la même source.

Il a fait savoir 29 personnes ont quitté l’établissement hospitalier de Boufarik, où une dame, dénommée F.M, est décédée vendredi soir des suites de cette maladie. 

Le même responsable a fait savoir que cette dame souffrait d’une diarrhée aiguë et d’autres maladies chroniques lorsqu’elle a été admise à l’hôpital. 

 A l’hôpital El Kettar, à Alger, le nombre de cas suspects est de 9 selon son directeur Bouyoucef Issam-Eddine. Il a affirmé que des échantillons ont été transférés à l’institut Pasteur pour confirmer les cas de choléra. 

Il a fait savoir que ses services ignoraient toujours les origines de cette épidémie. 

Jeudi, le ministère de la Santé a annoncé 41 cas de choléra confirmés parmi 88 suspects à Alger, Bouira, Blida et Tipaza. Un décès avait été enregistré. 

Le nombre de cas suspectés et confirmés n’a pas cessé d’augmenter à Blida et Alger, selon les directeurs des établissements hospitaliers, tandis que que des dizaines autres cas quittaient l’hôpital. Pourtant, le ministère de la santé a affirmé vendredi que les 41 cas de choléra enregistrés dans quatre wilayas du pays étaient des cas “isolés et limités à des familles”.

Le directeur de l’Institut Pasteur, Zoubir Harrat, a déclaré lors d’une conférence de presse qu’il soupçonnait une origine alimentaire, dont des fruits et légumes transportés de mains sales sans confirmer cette origine, qui fait toujours l’objet d’une enquête.

Il a exclu une contamination liée à la consommation d’eau. Ces déclarations ont été confirmées par les ministères de la Santé et des Ressources en eau. En vain, les Algériens se méfiant toujours de l’eau du robinet, prenant d’assault les épiceries pour s’approvisionner en eau minérale

Ils soupçonnent même le ministère de la Santé d’avoir voulu cacher l’information, puisque la presse rapportait que des responsables ont eu la confirmation de cas de choléra depuis au moins lundi 20 août.