MAROC
18/04/2018 10h:01 CET

Championnat national de beatbox: Le hip-hop à la bouche

Le tout premier champion de beatbox du Maroc a été désigné.

CULTURE - C’est dans une ambiance hip-hop, casquettes vissées sur la tête et micro bien empoigné, que se sont retrouvés le 14 avril dernier, pour la première fois dans l’histoire du Maroc, les prétendants au titre de meilleur beatboxeur du pays. Après plusieurs heures de compétition pour cette première édition du Championnat national de beatbox, qui s’est déroulée au centre culturel Les étoiles de Sidi Moumen à Casablancac’est le Marocain Double-M qui a remporté le titre et ainsi gagné sa qualification pour les Championnats du monde qui se tiendront à Berlin en août prochain.

Organisée par la Positive School of Hip-Hop, cette toute première édition a rassemblé une centaine de candidats. Devant un public enthousiaste, les beatboxeurs se sont défiés au cours de nombreuses battles, parfois jouteuses, rivalisant de style et de talent.

Après plus de 4h de compétition, c’est le jeune marocain Mohamed Atallah , alias Double-M, qui a remporté le titre, devenant à seulement 22 ans, le premier champion national du royaume. “J’ai commencé le beatbox en reproduisant un son que faisait un ami à moi”, confie le beatboxeur au HuffPost Maroc. ”À l’époque, je ne savais même pas que c’était du beatbox. J’ai adoré ça et je me suis entraîné encore et encore. Et aujourd’hui, me voilà !”, lance-t-il plein de joie. Si Mohamed Atallah a d’abord suivi des cours à la Positive School of Hip-Hop, il nous confie qu’il enseignera prochainement cette discipline. 

DR
La battle opposant l'unique participante du tournoi, Nawal Rahmani, au nouveau champion du Maroc, Atallah Mohamed.

Un jury 100% français

Pour cette première édition, c’est la France qui était à l’honneur avec un jury 100% tricolore composé d’Alexis Grimaud alias Alexinho, Marc Kharradji alias Faya Braz et Nassim Zengal alias BMG. Les trois professionnels à la renommée internationale ont jugé la prestation de chacun des candidats en attribuant une note globale en fonction de cinq critères: la technique, la musicalité, l’originalité, la qualité des sons et la présence scénique. Il y a environ 10 points par critères pour une note maximale de 50 points. “Il y a vraiment du niveau”, affirme Anas Basbousi, organisateur de l’événement. “On connaissait déjà certains jeunes mais le championnats nous a révélé de nouveaux beatboxeurs”.

La gent féminine était également représentée. Une jeune beatboxeuse de 23 ans a eu le courage de se mesurer à l’ensemble des autres candidats masculins. Nawal Rahmani, beatboxeuse depuis 2009, est arrivée jusqu’aux battles. Elle s’est incliné face au nouveau tenant du titre. “Ce n’est pas facile d’affronter que des garçons, j’aimerais qu’il y ait davantage de filles. Le beatbox a une place importante dans ma vie et j’espère que cet événement va attirer plus de filles. J’aimerais qu’à l’avenir, il n’y ait des battles qu’entre filles”, espère la beatboxeuse.

DR
Le beatboxeur français et membre du jury Alexis Grimaud, alias "Alexinho", en pleine démonstration.

Pour les années à venir

Pour les prochaines éditions, Anas Basbousi a d’ores et déjà plusieurs idées en tête. L’ambition de ce dernier à “former une réelle communauté autour du beatbox au Maroc” n’a pas de limite. À terme, il souhaite créer un événement emblématique de la discipline et qui puisse réunir toutes les nationalités.  “Pour l’année suivante, soit on partira sur un Championnat d’Afrique, soit on fera un Championnat international”, déclare-t-il avant d’ajouter, “dans tous les cas, ce sera next level!”.