MAROC
11/04/2019 14h:57 CET

Ceuta: Un parti d'extrême-droite espagnol veut limiter l'accès aux hôpitaux pour les Marocains

Et supprimer le droit d'accès aux soins pour les migrants.

Nagada.org
L'hôpital universitaire de Ceuta. 

MIGRATION - Nouveau coup d’éclat pour le parti d’extrême-droite espagnol Vox, en pleine campagne pour les élections législatives qui se tiendront le 28 avril. La candidate au Sénat de Vox Ceuta, Yolanda Mérelo, a annoncé vouloir modifier l’accès des hôpitaux de l’enclave espagnole du royaume.

“Parmi les mesures sanitaires du programme Vox pour les élections, Mérelo a mis en exergue la création d’une carte de santé unique pour toute l’Espagne, l’unification des critères dans les listes d’attente ou un programme de vaccination unique pour l’ensemble du pays”, rapporte El Foro de Ceuta.

Mais la candidate ne veut pas s’arrêter là. Yolanda Mérelo souhaite limiter l’accès aux hôpitaux pour les Marocains et les migrants. D’après elle, “les mafias introduisent des personnes malades et des femmes enceintes à Ceuta” et “les services d’urgence et l’unité de livraison sont surchargés par le service rendu à des Marocains”, raconte le journal local. Vox Ceuta veut donc établir un “co-paiement” de santé “de ceux qui, même s’ils ont un permis de travail, n’ont pas la nationalité espagnole”. Parce que, pour le parti Vox, “l’hôpital de Ceuta est pour les habitants de Ceuta et non pour les Marocains”. 

Les migrants ne sont pas en reste dans ce programme: le parti d’extrême-droite veut leur retirer l’accès aux soins de santé. Récemment, c’est le président du même parti qui évoquait l’avenir des enclaves espagnoles du Maroc et la migration s’il venait à gagner les élections. Santiago Abascal a proposé de construire un mur entre Ceuta et Melilla, et le reste du pays pour stopper l’immigration clandestine. Invitant même le Maroc à payer pour sa construction.