TUNISIE
18/12/2018 19h:21 CET | Actualisé 18/12/2018 21h:18 CET

Après une période de crise, le secteur du textile-habillement connait une reprise soutenue

“Avant 2010, nous étions le 4ème fournisseur de l’UE en matière de textile. Aujourd’hui, nous sommes à la 9ème place. Nous avons énormément perdu en compétitivité”

Zoubeir Souissi / Reuters

Les exportations du secteur du textile et habillement ont enregistré une hausse de 17,51%, à 6 683,5 millions de dinars (MD), mais cette progression calculée en euros, se réduit à seulement 2,58%, ( 2 152,7 millions d’euros), entre 2017 et 2018 (11 mois). a indiqué Samir Rekik, directeur général au ministère de l’Industrie et des PME. 

Intervenant mardi, à une journée d’information organisée au CEPEX, pour présenter le Plan de relance du secteur du textile & habillement (2019-2023), il a précisé que “le taux de couverture du secteur, est de 125%, au cours de cette période. Cette évolution traduit un regain de confiance et d’intérêt de la part des partenaires internationaux pour le textile-habillement, qui constitue le premier pourvoyeur d’emplois du pays, soit 158 662 employés (représentant 32% du total des industries manufacturières) et aussi le premier en termes de nombre d’entreprises, (1609 à fin 2017), dont 83% sont totalement exportatrices”.

Et d’ajouter que ”le secteur du textile-habillement qui a traversé des années difficiles, connait depuis 2017, une reprise soutenue grâce à la détermination de ses professionnels à surmonter la crise, mais aussi, à l’engagement des autorités à poursuivre l’application les 22 mesures issues du CMR du 1er juin 2017, consacré au textile”.

De son côté, Abdelkrim Jouini, chef d’une entreprise de textile, a indiqué qu’ “avant 2010, nous étions le 4ème fournisseur de l’Union européenne en matière de textile. Aujourd’hui, nous sommes à la 9ème place. Nous avons énormément perdu en compétitivité”.

Il a déploré “les difficultés auxquelles fait face le secteur, dont la faible adéquation entre la formation et l’emploi, le faible taux d’encadrement ne dépassant pas les 8%, la rigidité administrative et la complexité des procédures d’exportation”.

Il a aussi, cité ”le climat social tendu ayant fortement pénalisé le secteur durant les dernières années notamment les grèves qui ont touché le Port de Radès, la défaillance du transport aérien, la lourdeur des procédures douanières et la montée des coûts due à certaines augmentations excessives notamment en matière d’énergie”.

Jouini a, en outre, souligné ”la faible capacité des PME représentant 80% des entreprises du secteur, à accéder aux marchés internationaux et à prospecter de nouveaux marchés et à assurer la migration vers les secteurs techniques (Vêtements et supports techniques, design ...)”. 

Il a invité les autorités à “soutenir la reprise enregistrée dans le secteur ces deux dernières années ,en respectant les engagements pris de part et d’autre”. 

Sami Zaoui, membre du Conseil d’analyse économique (CAE), a fait remarquer que ”ce secteur fait face à une forte concurrence des pays à bas salaires, une baisse de la productivité depuis 2010, un faible taux d’encadrement et une pénurie de main d’œuvre”. 

Il a affirmé que le Plan de relance économique 2019-2020 élaboré par le Conseil, prévoit des mesures de relance sectorielles, dont des mesures destinées au secteur du textile-habillement. 

Lesquelles mesures concernent essentiellement, l’application stricte et entière des décisions du CMR de juin 2017, l’amélioration de l’attractivité du secteur au niveau de l’emploi, la mise à niveau des ressources humaines, le renforcement du contrôle normatif et du contrôle sur les entreprises de friperie.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.