TUNISIE
09/08/2019 15h:17 CET

Cette photo fait polémique sur les réseaux sociaux: Rania Barrak, présente à côté d'Abelkrim Zbidi sur celle-ci, la raconte

Présentant ses excuses, la chargée du protocole d'Abdelkrim Zbidi, est revenue sur cette photo polémique.

Attaquée sur les réseaux sociaux, la chargée du protocole du candidat à l’élection présidentielle Abdelkrim Zbidi est revenue, vendredi, sur le tollé provoqué par une photo prise lors du dépôt de la candidature du ministre de la Défense au siège de l’ISIE où on la voit elle et un “accompagnateur” demander aux journalistes présents de se taire.

“J’ai été surprise de l’ampleur prise par ma présence aux côtés de Abdelkrim Zbidi” a affirmé Rania Barrak présentant ensuite ses excuses. “S’ils ont compris à travers mes gestes que je tentais de les faire taire (...) Ce n’était pas intentionné”.

Mosaïque Fm

Selon ses dires, la photo en question ne montre pas le contexte dans laquelle celle-ci a été prise. “Les personnes ne voient pas le contexte de cette photo, qui ne reflète pas la réalité de ce qui s’est passé. D’abord, ceux qui étaient présent ont été surpris de voir autant de monde venir pour couvrir le dépôt de la candidature d’Abdelkrim Zbidi. On ne s’attendait pas à autant de monde (...) C’est positif en soit, mais il y avait un tel engouement que nous avons été tous débordés par cet enthousiasme” a-t-elle décrit. 

“Par ailleurs, comme vous l’avez dit, c’était un point de presse. Or malheureusement, beaucoup ne font pas encore la différence entre un point de presse et une conférence de presse. Lors d’un point de presse, un candidat vient faire sa déclaration aux médias, il n’y a pas de questions de journalistes. Il y a eu une confusion entre ces deux types de communication” a-t-elle poursuivi.

Interrogée sur la personne à droite d’Abdelkrim Zbidi, qui laisserait penser à un garde du corps, et qui demandait aux journalistes de se taire, Rania Barrak affirme que “personne ne le connait, ni lui, ni l’homme qui était derrière moi mais qui n’apparait pas sur les photos puisque je suis devant lui”.

“Quand j’ai vu leurs vêtements, leurs silhouette, j’ai moi même douté. Ils portaient même des oreillettes. Si vous regardez la vidéo dès le départ, vous verrez que Abdelkrim Zbidi est venu tout seul, sans gardes du corps. Il est descendu seul de sa voiture, en toute simplicité. Ces personnes ne sont venues que bien plus tard et l’ont entouré” dit-elle leur demandant d’avoir un “minimum d’honnêteté intellectuelle” pour expliquer leur présence et leur geste.

Après le point de presse, elle affirme avoir interrogé l’un d’entre eux. Celui-ci lui a affirmé ”être venu soutenir Abdelkrim Zbidi. Il m’a dit: ‘nous avions peur pour lui, nous sommes donc venu le protéger’ ”.

Concernant la campagne dont elle a été la cible sur les réseaux sociaux, Rania Barrak indique ne pas “accepter la campagne d’attaques orchestrées et ciblées à mon encontre (...) Je dis une campagne parce que ce n’est pas innocent ou involontaire (...) Ce sont des mensonges colportés et c’est une pratique honteuse. Tout ce qui est dit est faux” a-t-elle fustigé.

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.