MAROC
24/12/2018 18h:38 CET

Cette Écossaise installée à Imlil fait l'éloge des habitants de la région

"Je connais les musulmans d’ici, ce sont des gens qui n’ont aucune idée de ce qu’est le terrorisme”.

Alice Hunter Morrison

VIVRE ENSEMBLE - Après le meurtre des deux jeunes touristes scandinaves, drame qui a plongé tout le Maroc dans la colère et le désarroi, plusieurs sit-in de solidarité ont pris place dans différentes villes du royaume. Ce fut notamment le cas dans la province d’Imlil, lieu du drame, où des centaines d’habitants de la région et d’ailleurs sont venus rendre un dernier hommage aux victimes et se dresser face à la menace terroriste.   

Tournée samedi dernier, lors du rassemblement à Imlil, la vidéo de l’intervention d’Alice Morrison, une journaliste écossaise installée dans la petite bourgade dans les montagnes de l’Atlas, n’est pas passée inaperçue. À travers son témoignage émouvant, présenté en arabe et en anglais, l’aventurière de 54 ans a choisi d’élever sa voix contre le terrorisme, mais aussi contre les amalgames. 

“Je m’appelle Alice Hunter Morrison, je suis une étrangère qui habite à Imlil. Ici j’ai trouvé des gens gentils, généreux, fidèles”, souligne en arabe l’aventurière installée au Maroc depuis 5 années. “Comme toutes les personnes de cette communauté, j’ai été horrifiée d’apprendre le décès tragique de Louisa et Maren, les deux jeunes voyageuses sauvagement assassinées par 4 terroristes. J’aimerais simplement dire en tant que personne vivant ici, et qui a vu une grande gentillesse et la beauté de ce pays et de ses habitants, que cet acte ne représente en aucune façon le Maroc, ni les Marocains”, poursuit-elle en langue anglaise.

“Les Marocains sont des gens formidables, ils sont pacifiques, humbles, gentils et tellement accueillants comme beaucoup d’entre vous le savent. Au nom de toutes les personnes qui sont ici et qui ne parlent pas anglais, je suis terriblement désolée pour ce qui est arrivé à ces jeunes filles, que dieu soit à leur côté. Dans le futur, nous pourrions vivre en paix et harmonie, tous ensemble en paix et en harmonie”, conclut l’ancienne journaliste de la BBC, passionnée de trekking de l’extrême.

Sur une autre vidéo, elle s’exprime de nouveau pour prendre la défense des habitants de son village et des Marocains. “Il y a des personnes qui n’ont pas de conscience, qui n’ont pas de cœur, et ce ne sont pas les gens que je connais du Maroc. Je connais les musulmans d’ici, ce sont des gens qui n’ont aucune idée de ce qu’est le terrorisme”.  

alicemorrison.co.uk

“Terrorism has no religion” (le terrorisme n’a pas de religion), écrit Alice en ouverture de son blog, en référence à la banderole portée par une petite écolière. Infatigable, elle prend sa plume et se lance dans l’écriture d’un long plaidoyer où elle raconte son histoire et le bouleversement qu’a causé la terrible nouvelle de ce double homicide dans son village. En voyage à Essaouira au moment de la découverte des corps des deux voyageuses, elle raconte:

“De retour à Imlil, j’ai trouvé la communauté dévastée. Mon propriétaire, un homme profondément religieux et bon, est venu me voir: ‘Nous sommes vraiment navrés. Nous sommes si tristes. Puisse Dieu leur témoigner de la miséricorde et leur famille. Ce n’est pas notre genre. Ce n’est pas l’islam.  Comment cela pourrait-il arriver ici? Dans nos montagnes?’ Il est dans la mi-cinquantaine avec quatre filles et une petite fille. Il s’est assis sur mon canapé et pendant que nous parlions, les larmes coulaient. ‘Elles étaient aussi nos filles’, a-t-il déclaré”, peut on lire sur sa page. 

Des dizaines de motards de l’association Atlas Riders ont également pris la direction d’Imlil pour prendre part au rassemblement de solidarité avec les familles des victimes du crime qui a endeuillé la région.

Samedi dernier, plus de 600 personnes se sont retrouvés à Rabat, devant les ambassades de Norvège et de Danemark pour exprimer leur solidarité et leur tristesse. Plusieurs autres rassemblements ont également eu lieu à Marrakech, place Jemaa El Fna, et à Agadir, sur la place de la Fontaine.