MAROC
02/08/2018 09h:48 CET

Cette application ambitionne de révolutionner le marché des caisses enregistreuses

Une innovation qui compte une centaine d'utilisateurs dans le royaume, mais aussi en Europe.

Thomas_EyeDesign via Getty Images

HIGH TECH - Sur le marché depuis deux ans, l’application 100% connectée “Lacaisse.ma”, vise à révolutionner le fonctionnement des caisses enregistreuses au Maroc, en permettant aux commerçants et restaurateurs une meilleure gestion de leurs points de vente. Vers la fin des anciennes machines?

“Révolutionner le marché des caisses enregistreuses”

Bien que l’idée existe déjà depuis plusieurs années aux États-Unis et en Europe, au Maroc, c’est une grande première. Développée sur iPad, “Lacaisse.ma”, une application 100% connectée, s’adresse à tous les commerçants et restaurateurs du Maroc. “Cette application est là pour révolutionner le marché des caisses enregistreuses au Maroc”, ambitionne Said Belkhayat, cofondateur de l’application. “Le concept vise à proposer une solution innovante permettant aux commerçants et restaurateurs de gérer rapidement leurs points de vente et remédier aux problèmes que suscitent les caisses classiques”.

Pour cela, l’application a été testée durant plusieurs mois avant d’être commercialisée. Une expertise de terrain qui a permis aux créateurs d’identifier les principales sources des problèmes récurrents des utilisateurs, et ainsi développer un panel de fonctionnalités adaptées à leur demande. “Nos clients, qui sont des professionnels du métier, sont aujourd’hui nos partenaires. Ils nous aident à améliorer le concept à travers leurs suggestions. De notre part, nous nous engageons à leur offrir les meilleures fonctionnalités et services du marché”, explique Said Belkhayat.

Diverses fonctionnalités personnalisables

Lorsqu’un professionnel achète une caisse enregistreuse, il est obligé d’acheter un logiciel spécial de comptabilité. Hic: la plupart du temps ,ces équipements coûtent cher et sont obsolètes. “Contrairement aux autres logiciels qui n’évoluent pas, l’application bénéficie de mises à jour régulières. C’est vraiment un outil de gestion évolutif destiné à accompagner le client”, explique le cofondateur.

En ce sens, l’application offre davantage d’outils et de fonctionnalités que les machines classiques. Plus ergonomique et mobile, la caisse enregistreuse 2.0 garantit un suivi en temps réel des données avec des options d’archivage automatique de données via le cloud, d’accès aux ventes et statistiques, de prise de commande à distance à partir d’un autre appareil (iPod touch, iPhone ou iPad) et une assistance téléphonique 7jours/7.

“Notre application bénéficie également d’un système d’analyse de données très pertinent et inexistant sur les autres systèmes de caisse du Maroc, ce qui permet aux utilisateurs d’analyser l’ensemble de leur activité avec des données fiables et un module d’aide à la prise de décision accessible à distance et en temps réel”.

Trois fois moins cher qu’une caisse enregistreuse classique

Côté prix, les professionnels peuvent s’équiper de l’application pour environ 12.000 dirhams (frais d’iPad compris), soit trois fois moins que la tendance du marché. “Aujourd’hui, une caisse enregistreuse coûte à peu près 30.000 dirhams. La nôtre est trois fois moins cher et propose davantage de possibilités”, vante le professionnel.

Pour l’utiliser, c’est très simple. Il suffit de télécharger l’application “lacaisse.ma” sur l’app store et  souscrire ensuite à un abonnement mensuel, trimestriel ou annuel. Elle ne nécessite aucune formation particulière et sa version en langue arabe fait qu’elle est accessible au plus grand nombre. 

Après deux années d’activité, l’entreprise compte aujourd’hui une centaine d’utilisateurs au Maroc et même en Europe. Leur produit est utilisé dans de nombreux domaines de la restauration (brasseries, bars, restaurants…) et est même utilisé par la franchise n°1 du fast food kebab en France, “Nabab”. “Nous avons aussi d’autres types de clients comme des chocolateries comme “Melt”, la boutique de prêt-à-porter “Boutique le cinq”, des salons de beauté avec “Le Zen” et d’autres magasins comme des bijouteries, des riads, des parcs de jeux, des pâtisseries, supérettes, concept store…”, conclut le vendeur.