TUNISIE
31/08/2018 09h:19 CET | Actualisé 31/08/2018 17h:58 CET

Quand les soldats tunisiens vivaient l'enfer de la Première guerre mondiale

Seules les sépultures des tirailleurs tunisiens dans les cimetières rappellent encore qu’ils sont passés par là.

Ils étaient enrôlés dans une guerre qui n’était pas la leur, ils étaient au devant sur les champs de batailles (Arras, Verdun, la Marne...), beaucoup y avaient perdu la vie (plus de 10 mille hommes selon les historiens, d’autres sources évoquent un nombre plus important), ce sont les soldats coloniaux tunisiens.

Quant aux plus chanceux, ils étaient réquisitionnés pour remplacer les Français dans les usines et dans les champs, certes payés, mais travaillant dans des conditions lamentables.

Ils étaient plus de 60.000 Tunisiens engagés sur les fronts de la Première guerre mondiale, toujours selon les chiffres officiels de la France.

DEA / BIBLIOTECA AMBROSIANA via Getty Images
Recrutement de tirailleurs volontaires pour combattre dans l'armée française pendant la Première Guerre mondiale le 10 octobre 1914.

 

Des catégories de privilégiés étaient parvenus à y échapper. En effet, les étudiants, les religieux, les caïds ou encore les Tunisois étaient exemptés. Pour espérer la même chose, il fallait payer 1000 francs avant la guerre, ce montant augmentera ensuite à 1500 francs pour diminuer le nombre de récalcitrants, horrifiés par les récits des massacres racontés par leurs prédécesseurs. Il faut ajouter à cette somme les commissions qu’il faut verser au caïd ou au cheikh.

Du coup, c’étaient les personnes pauvres, incapables de payer ce prix de rachat, qui devaient rejoindre le front. Certaines tribus ont essayé de faire de la résistance à cet enrôlement forcé. Pour d’autres, le prix a été lourdement payé, certains déserteurs avaient été fusillés pour servir d’exemple: 

“Le 14 décembre, la 15e compagnie reçoit l’ordre d’attaquer, mais “il fut impossible de faire lever cette compagnie dont les hommes opposèrent la force d’inertie la plus absolue (...) Le commandant la 38e division d’infanterie, le général de Bazelaire, écrit : Il faut un exemple immédiat. C’est en effet un acte de trahison  (...) Le 15 décembre, le général commandant la 8e armée, d’Urbal, s’exécute: Mes ordres portent qu’il soit tiré au sort un tirailleur sur 10 de la compagnie qui a refusé de marcher, sans préjudice des instigateurs de ce refus d’obéissance, s’ils venaient par la suite à être connus, que les tirailleurs désignés par le sort soient promenés devant le front avec un écriteau portant en français et en arabe le mot “lâche”, qu’ils soient fusillés aussitôt après”, rapporte historien Gilles Manceron, sur son blog de Médiapart. 

UniversalImagesGroup via Getty Images
Des troupes algériennes et tunisiennes contre des soldats allemands lors de la bataille de Charleroi, en Belgique, pendant la Première Guerre mondiale en 1914.
Universal History Archive via Getty Images
Les Italiens en Tunisie se mobilisent pour soutenir l'entrée de l'Italie dans la Première Guerre mondiale en 1915.

Un rapport cité par Manceron les décrit ainsi: “réservistes qui se sont mutinés avant le départ, incorporés dans les tranchées dès leur arrivée et épuisés de fatigue” (..)  incapables de tout effort offensif (...) n’ont jamais tiré un coup de fusil avant d’arriver sur le front. Ils ne savent rien du métier militaire. La fatigue, le froid et l’humidité aidant, ils sont démoralisés (...) souffrent plus de l’humidité que les troupes métropolitaines”.

Courageux, beaucoup ont été des exemples de bravoure. Le combat des soldats tunisiens contre les Allemands à Verdun en témoigne: malgré le froid, l’offensive violente de leurs adversaires, le régiment des Tunisiens a pu conquérir ce territoire. Cette bataille avait symbolisée la défaite allemande. Mais à quel prix: pour cette bataille seulement, 17 hommes ont été tués, 1 141 blessés et 73 ont disparu. 

Seules les sépultures des tirailleurs tunisiens dans les cimetières rappellent encore qu’ils sont passés par là.  

Camille56commonswikimedia
Sépultures au cimetière de Pantin de trois tirailleurs tunisiens ayant participé à la Première Guerre Mondiale.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.