MAROC
28/11/2015 05h:48 CET | Actualisé 28/11/2015 05h:53 CET

Ces Marocains fans de skateboard (REPORTAGE)

Mourad Bouabdellah
Ces Marocains fans de skateboard

LOISIRS - Il est 15h et le soleil filtre ses rayons à travers les arbres de la capitale. Le temps est chaud pour la saison, propice aux activités extérieures. Depuis plus d’une décennie, des jeunes skateurs rident sur l'asphalte de la place Mahaj Ryad, un des spots stratégiques, avec la fontaine de l’avenue Mohammed V et les rues en pentes de Hay Nahda, "parfaites pour taper des pointes qui font assez peur, la vérité" nous confie Hamza, la vingtaine, passionné de sport de glisse, et skateur chevronné. Tout comme son ami Mehdi, avec qui il arpente depuis une dizaine d'années les rues de Rabat en quête de nouveaux coins pour skater.

Rentrer chez soi en vie

Leur corps conserve encore quelques cicatrices tenaces en guise de trophées de guerre, mais les deux compères s'en amusent. "On aime bien ça, on traîne la plupart du temps, on trouve un monument avec du marbre ou une rampe d’escalier et on essaye de rentrer chez soi en vie" lâche Hamza en riant. Mehdi, plus taciturne, se contente de jouer avec les roues de sa planche "c’est des trucks Cartel, tu sais, c’est pas n’importe quoi hein!" dit-il, le sourire en banane.

Voilà plus de trente ans que le skate est apparu dans le royaume. Depuis la fin des années 1980, des riders écument les places publiques sur des planches artisanales ou du matériel importé pour les plus nantis. Mais ce n’est que vers la moitié des années 2000 que la scène skate "core" s’est formée. Notamment sur la place Errachidi à Casablanca ou au centre-ville de Rabat où se font connaître des noms comme ceux de Nassim Lachhab - qui a remporté durant l’édition 2015 du Jackalop au Canada le prix de la meilleure figure - ou celui de Mehdi Anis, actuellement sponsorisé par DC Shoes, une des marques principales dans le domaine.

Objets roulants non identifiés

Depuis quelques années, la pratique du skate s'est répandue, et il est devenu de plus en plus aisé de se procurer du matériel. Romain Duplantier, président de l’Association marocaine de skateboard, l’AMS, fondée en 2005 et dont le but et de promouvoir la culture skate au Maroc, est aussi propriétaire d’Atlas Skateboards, une marque de planche marocaine. Un commerce qu'il dirige avec deux de ses amis, passionnés de skate, Yassine Jalal et Fahd Elmenouar, derrière le comptoir du très achalandé magasin du quartier Gauthier de Casablanca.

Romain se rappelle de cette époque où les skateurs passaient pour des objets roulants non identifiés: "Entre 2000 et 2010 on nous regardait bizarrement, la police nous arrêtait dés qu’on essayait de skater mais maintenant ça s’est démocratisé", confie-t-il, tandis que son acolyte Fahd ajoute qu’il faudrait construire plus de skateparks pour ne pas dégrader les lieux publics.

Industrie du skate

Des skateparks, il y en a de plus en plus au Maroc. 700 m2 de béton ont été coulés à Tanger par des investisseurs espagnols pour assurer aux jeunes un espace où ils peuvent rouler sereinement tandis qu’à Temara et Marrakech, deux skateparks existent déjà depuis un certain temps.

"Les skaters hardcore ne vont pas là-bas, ils préfèrent le street en fait" lance Romain derrière son épaisse barbe. Fahd acquiesce, tirant sur sa cigarette dans l’entrebâillure d'une porte dérobée à l’arrière de son magasin où se côtoient les meilleures marques du domaine: Anti-Hero, Spitfire, Independant et bien sûr Atlas. "Le but, c’est de créer une industrie du skate. Avec les nouveaux moyens de communication, on peut toucher un public plus large et ça c’est important" estime Romain.

Histoire: Faut que ça glisse

Officiellement, le skateboard est apparu dans les années 60 aux Etats-Unis à Los Angeles plus précisément, bien que des inventions similaires on existé dans le Paris des années 40 où des enfants avaient accroché des roues de patins sur des planches de bois. Lassés d'attendre les vagues, des surfeurs californiens ont un beau jour eu l'idée de fixer des roues en bois sur des planches et de "surfer" dans la rue, sur le goudron. Le skate est né.

La suite, on la connaît: les jeunes se sont mis à rider un peu partout dans l'espace public, inventant des figures plus casse-cou les unes que les autres... Plus de 40 ans plus tard, les planches rustiques ont laissé place à des objets sophistiqués, des compétitions de haut niveau, à l’image des fameux X-Games célébrés tous les ans à Los Angeles (pour la plupart des éditions) ont vu le jour, et les champions de skate sont devenues des stars internationales, comme Tony Hawk, qui a même un jeu à son nom sur Play Station...

Galerie photo L'univers du skate au Maroc Voyez les images