TUNISIE
31/10/2018 19h:18 CET

Ces fictions étrangères en compétition officielle à voir absolument aux JCC

Des fictions étrangères à ne pas rater.

Le 3 novembre, la Tunisie bascule en mode Cinéma avec les Journées cinématographiques de Carthage (JCC). Comme chaque année, une large palette de films est proposée au public. 

Le HuffPost Tunisie vous propose une sélection de fictions étrangères en lice dans la compétition officielle des longs-métrages à ne pas rater. Elles  bénéficient d’ores et déjà d’aura à l’international. 

 

 “Sofia” de la réalisatrice marocaine Meryem Ben M’barek

Le film raconte le calvaire d’une jeune femme, âgée de 20 ans, qui a vécu un déni de grossesse et qui se retrouve mère-célibataire à Casablanca. La jeune femme dans l’illégalité fait face à la plusieurs difficultés. À l’hôpital, on lui laisse 24h pour fournir les papiers du père de l’enfant avant d’alerter les autorités, ce n’est qu’un début...

Bande-annonce

 

“La Miséricorde de la Jungle” du réalisateur rwandais Joël Karekezi 

Le film est un voyage dans la jungle du Kivu où deux soldats congolais et rwandais sont livrés à eux-mêmes et obligés de cohabiter pour survivre. Après le succès de son film “The Pardon”, ce film semble connaitre le même destin. Le scénario de “La Miséricorde de la Jungle” a été, entre autres, sélectionné par la Fabrique des Cinémas du Monde à Cannes et a remporté le Prix du meilleur projet au Marché du Durban Film Festival. 

“Vent divin” du réalisateur algérien Merzak Allouache

Filmé en noir et blanc, le film explore la thématique de l’extrémisme religieux à travers l’histoire d’amour entre Amine et Nour, deux jeunes fragiles qui ont sombré dans l’extrémisme. Amine, s’isole et ne s’adonne qu’aux rites religieux. Quant à Nour, elle est embrigadée par un groupe terroriste pour commettre un attentat au Sahara. 

Affiche
Affiche

“Supa Modo” du réalisateur kényan Likarion Wainaina

Le film retrace l’histoire de Jo, une jeune fille vivant dans un petit village du Kenya. Alors qu’elle rêve de devenir une super-héroïne, la fillette doit faire face à une mort imminente, après une maladie grave. Tout le village se mobilise pour réaliser son souhait. 

Le film, présenté en première mondiale à la 68e édition du Festival international du film de Berlin, a été sélectionné pour le meilleur film en langue étrangère à la 91e cérémonie des Oscars .

Bande-annonce

 

“Maki’la” de la réalisatrice congolaise Machérie Ekwa Bahongo

La réalisatrice Machérie Ekwa Bahongo plonge dans les rues à Kinshasa, en RDC pour refléter le calvaire des enfants qui y vivent. L’héros s’appelle Maki, c’est une jeune femme, livré à elle-même, elle s’est mariée à Mbingazor, le chef d’un gang de jeunes. Elle croise Acha sur son chemin,une adolescente perdue dans les rues. Ce film a été présenté au Festival du film africain de Cologne. 

Affiche

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.