TUNISIE
11/02/2019 16h:58 CET | Actualisé 11/02/2019 16h:59 CET

Ces aliments consommables au-delà des dates limites (et quand il faut les jeter)

Face au manque d'information, une partie des ménages a souvent tendance à jeter le produit alors qu'il peut être encore consommé sans risque pour la santé.

bopav via Getty Images

ALIMENTATION - Pour lutter contre le gaspillage alimentaire, l’application française Too Good To Go, qui permet à ses utilisateurs de racheter les invendus des commerçants, alerte, ce lundi 11 février, sur la méconnaissance du grand public face aux dates de péremption des produits. Elle serait responsable d’une grande partie du gâchis occasionné, selon la start-up.

Emballage altéré ou rupture de la chaîne du froid, toute modification suspecte d’odeur, couleur ou texture doit vous alerter. Et si vous avez un doute, il vaut mieux jeter que risquer l’intoxication...

Pour l’instant, faute d’un guide officiel et exhaustif, voici quelques éléments pour jeter moins de produits frais.

  • Les œufs:

Ils arrivent en grande surface avec une DLC de 28 jours. Passé ce délai, deux cas de figure se présentent. Consommé cru, il faut être très prudent, se limiter à un dépassement d’un ou deux jours grand maximum. Consommé cuit, ce délai s’allonge de plusieurs semaines.

 

Des vérifications simples s’imposent. Si la coquille est fendillée, poubelle. Des bactéries peuvent s’y être développées. S’il est intact, vérifiez qu’une poche d’air ne s’est pas créée à l’intérieur en le secouant près de votre oreille (vous ne devez rien entendre ou sentir bouger à l’intérieur), ou en le plongeant dans l’eau (il ne doit pas flotter).

  • Le lait:

Tant qu’elle est bien fermée, une brique ou une bouteille de lait peut se conserver un, voire deux mois de plus. C’est encore plus vrai si elle est gardée au frais. “Le même lait est vendu avec une DLC de 60 jours en France et 90 jours en Allemagne”, assure Paul-Adrien Menez, fondateur de Zéro-Gâchis.

Ensuite, rien de plus facile que d’identifier un lait bon à jeter. Il devient rance au nez, et des paillettes blanches, voire des caillots se forment.

  • Les yaourts:

Tous les yaourts nature peuvent être mangés des semaines après dépassement de la DLC. “Un yaourt arrive en grande surface avec une DLC de 21 jours. Le même dans les DOM-TOM en affiche 28 de plus pour prendre en compte le temps de transport en bateau”, explique Paul-Adrien Menez, fondateur de Zéro-Gâchis.

En revanche, attention aux desserts plus élaborés qui contiennent de la crème ou de la chantilly, comme les cafés liégeois. Ils peuvent tourner en quelques jours.

  • Viande et poisson frais:

Il peut suffire de 24 ou 48 heures au-delà de la date fatidique pour que l’odeur et la couleur changent. Pas de blague, les risques d’intoxication sont réels. Au moindre doute, il faut jeter.

  • Charcuterie:

Salées, fumées, riches en graisse... Par définition, la charcuterie est une méthode de conservation longue des viandes. D’après 60 millions de consommateurs, la DLC d’un jambon blanc peut être dépassée de deux à trois semaines, tant qu’il reste dans un emballage fermé au frigo. Idem pour des lardons. Les saucissons se conservent davantage encore, ils vont juste perdre leur humidité.

Veillez au strict respect de la chaîne du froid. Un emballage bombé est signe qu’il est temps de jeter.

  • Fromages:

Pour les fromages pasteurisés, on ne peut pas à proprement parler de “date limite”. Même un fromage au lait cru comme le comté arrive en rayon après des mois d’affinage.

Cela peut paraître paradoxal pour des fromages, mais c’est l’apparition de moisissures qui doit vous pousser à les jeter.

  • Le miel:

C’est le seul aliment connu parfaitement imputrescible. Faites-vous plaisir.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.