MAROC
15/09/2019 15h:14 CET

CEDEAO: Nasser Bourita appelle à "créer de la richesse, pour appauvrir le terrorisme"

Le Maroc propose “une coalition internationale de lutte contre le terrorisme au Sahel et en Afrique de l’Ouest”.

Facebook/Ministère des affaires étrangères

TERRORISME - Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, appelle ses homologues africains à une “re-mobilisation au sein et autour de la CEDEAO”, pour contrer le terrorisme dans la région.

A l’occasion de la session extraordinaire de la Conférence des chefs d’état et de gouvernement de la CEDEAO sur la lutte contre le terrorisme au Sahel, Nasser Bourita a lancé, hier, un appel à “une action durable, volontariste et concrète” contre le terrorisme dans la région. Et, au cours de son intervention, il a particulièrement souligné l’importance de la “dimension sécuritaire” mais aussi du “développement humain”.

“Agir rapidement et autrement”

Pour le chef de la diplomatie marocaine, cette rencontre “exprime une conscience générale de la nécessité d’agir rapidement et autrement” et d’instaurer une ”‘re-mobilisation’ à la mesure du caractère extraordinaire du défi”.

Nasser Bourita a présenté, à l’occasion, en exemple, le modèle marocain de lutte contre le terrorisme, sans pour autant “l’ériger en modèle” pour la région. Et d’estimer que “la recette miracle contre le terrorisme reste à trouver. Mais, les bonnes pratiques existent déjà. Nous en avons tous consolidé quelques-unes. Celles du Maroc sont prouvées par une expérience nationale réussie, et portées par une adhésion large à l’intérieur et à l’extérieur du Continent africain”.

“Ce n’est pas pour autant que le royaume s’érige en modèle ou, encore moins, se pose en donneur de leçons. Comme vous, le Maroc a été touché dans sa chair par le terrorisme. Comme vous, il lutte contre ce fléau sans relâche. Et comme vous, il est animé par une véritable démarche de coopération et un authentique esprit de partage”, a-t-il lancé.

Dimension sécuritaire “insuffisante à elle seule”

Si Bourita qualifie la dimension sécuritaire de “nécessaire”, il concède, toutefois, qu’elle est bien “insuffisante à elle seule”: “L’expérience marocaine en matière renseignement et de contre-terrorisme est reconnue et appréciée à l’échelle régionale et internationale. Le développement humain est la clé de la durabilité de l’action contre le terrorisme”.

“Assécher le terreau du terrorisme commence par assécher les affluents qui l’irriguent: précarité, chômage, déficit éducatif … Créer de la richesse, c’est appauvrir le terrorisme et le priver de ses arguments les plus accrocheurs”, a soutenu le ministre. 

Autre élément prioritaire auquel a appelé le Maroc: la formation. Elle est tout “aussi fondamentale. Car, promouvoir un Islam authentique, tolérant et du juste milieu, c’est immuniser les esprits et les cœurs à l’échelle d’une vie. C’est cela le gage du Maroc”, a-t-il souligné. Et d’ajouter qu’à travers l’Institut Mohammed VI de formation des Imams, Mourchidines et Mourchidates, plus de 93% des étudiants étrangers (937 sur 1002), inscrits actuellement aux cycles de formation de l’Institut au titre de l’année 2018-2019, sont issus des pays de la CEDEAO et du Tchad.

Au terme de son discours, Bourita a appelé à “une coalition internationale de lutte contre le terrorisme au Sahel et en Afrique de l’Ouest”, saluant l’initiative franco-allemande de tenir, à l’automne prochain, une conférence sur le Sahel pour un partenariat sur la sécurité et la stabilité régionale.

“Solidaire de ses frères dans la région et mobilisé à leurs côtés, il l’a toujours été, le Maroc répondra présent à chaque fois que son soutien est utile, notamment en matière de formation des forces de sécurité, d’échange de renseignement, de formation des prédicateurs afin de préserver les valeurs de tolérance authentique de l’Islam en Afrique. Il y va aussi de la sécurité nationale du royaume et de la stabilité de sa région d’appartenance”, a conclu le chef de la diplomatie marocaine.