ALGÉRIE
15/03/2019 14h:07 CET | Actualisé 15/03/2019 15h:08 CET

Ce vendredi aussi, des centaines de milliers d'Algériens dans la rue

À la place Maurice Audin, au centre-ville, l’ambiance est festive. Hommes, femmes et enfants, ils occupent cette place devenue un point de repère de la contestation pacifique.

huffpost algérie

Chaque vendredi la détermination des manifestations est revigorée. En ce quatrième vendredi de manifestation pacifique, les Algériens sortent leurs drapeaux, mettent à jour leurs slogans et investissent les rues d’Alger pour dire, encore “non c’est non”.

À la place Maurice Audin, au centre-ville, l’ambiance est festive. Les premiers manifestants sont déjà là. Hommes, femmes et enfants, ils occupent cette place devenue un point de repère de la contestation pacifique. Une heure plus tard la placette et noire de monde. 

Un monsieur accompagné de ses quatre enfants, brandi haut les pancartes préparées la veille en famille. Il confie fièrement qu’il a pris part à tous les “vendredis de manifestation”. Ses enfants âgés entre 5 et 18 ans, portent des pancartes dont les prescriptions on fait l’objet d’une réunion familiale la veille selon leur papa.

 

Huffpost Algérie

“Nous sommes venus de bonne heure aujourd’hui, les enfants s’impatientaient. J’ai passé la soirée hier à leur expliquer les enjeux de ce soulèvement. Si les grands comprennent l’importance de sortir à la rue pour revendiquer nos droits, la plus jeune c’est un jour de fête pour elle”, confie ce papa.

Les pancartes de cette famille sont des messages unifiés “le peuple est l’origine du pouvoir”, “le peuple veut un État de droit”, “la solution est le départ de Bouteflika”, peut-on lire sur leurs pancartes.

Plus loin des jeunes debout sur les rampes du sous-sol, s’arrangent pour que l’emblème national et celui de Palestine soient plus visibles. Ils brandissent un slogan “le peuple est le héros”.

Le trio Bouteflika, Lamamra, et Ibrahimi, est prié de repartir. Où ? Loin de l’Algérie, lit-on sur une banderole d’un groupe d’amis venus de Tizi-Ouzou. Un autre mais de la bande accourt pour montrer son slogan disant “Nous sommes là pour faire le ménage”.

 

Huffpost Algérie

De nombreuses femmes et jeunes filles, habillée de leurs drapeaux son assise sur les bancs de la placette.

Le mouvement de contestation ne perd pas ses valeurs pacifiques. Les manifestants sont conscients que le chemin sera long est sinueux, mais ne se découragent pas pour autant. Ils le montrent ce quatrième vendredi.

“Ils font semblant de ne pas comprendre nos revendications, nous ne sommes pas dupe, et la meilleure façon de leur répondre est de se retrouver encore ce vendredi et de leur répéter ; vous partez” confie une jeune femme.

C’est donc le vendredi de la continuité. Celui de prouver à ceux qui ne l’ont pas encore compris que le peuple ne veut plus de ce régime, précise un monsieur. Il dit qu’il n’a pas changé son slogan depuis le début du soulèvement “système dégage jus’a ce dont ils partent”.