MAROC
15/08/2018 19h:12 CET | Actualisé 15/08/2018 19h:14 CET

Ce sénateur australien appelle à recourir à "une solution finale" contre l'immigration musulmane

Une expression utilisée par le régime nazi à l'encontre des juifs.

Reuters

INTERNATIONAL - Mauvais choix de mots. Le discours du sénateur australien Fraser Anning, le 14 août, a choqué tout le Sénat. Face à l’immigration musulmane, ce membre du parti politique conservateur de Katter a utilisé une expression utilisée par le régime nazi à l’encontre des juifs pendant la Seconde guerre mondiale.

“La solution finale au problème de l’immigration est, bien sûr, un vote populaire”, a-t-il déclaré en proposant ainsi de prendre en considération l’avis du peuple australien pour prendre une décision.

“Si tous les musulmans ne sont pas des terroristes, il est certain que tous les terroristes, de nos jours, sont musulmans, alors pourquoi voudrions-nous en amener davantage?”, a-t-il expliqué dans son discours.

Si le sénateur n’appelle pas à l’extermination des immigrés musulmans en Australie, l’utilisation de l’expression “solution finale” a choqué plusieurs de ses collègues, qu’ils soient de gauche ou de droite, y compris Pauline Hanson, chef du parti nationaliste populiste conservateur “One Nation”, également connue pour avoir mis une burqa à l’intérieur du parlement pour l’interdire en Australie.

“Nous sommes une société pluriethnique, et j’ai toujours défendu le fait que l’on ne doit pas être blanc pour être considéré comme Australien”, souligne-t-elle en réponse à la déclaration d’Anning.

Dans la vidéo ci-dessous, on peut voir les différentes réactions des sénateurs australiens:

Le ministre australien de l’énergie a également été offensé par les propos tenus par Anning. “Comme beaucoup de mes collègues, j’ai des proches qui ont subi l’Holocauste [...] C’est un point très bas pour le débat politique australien”, regrette-t-il.

Le Premier ministre Malcolm Turnbull a également condamné la référence à la “solution finale” dans le discours du sénateur en la qualifiant d’“effroyable”.

Malgré la polémique, le sénateur Anning tient à ses propos et refuse de présenter des excuses. Dans une interview avec Sky News Australie, Anning souligne que le terme a été pris “hors de son contexte” et que “la solution finale” à laquelle il faisait référence est d’appeler au vote du peuple australien.

“Je ne m’excuserais pour aucun de mes propos. Ceci est un pays libre. Je n’ai essayé d’attaquer personne”, déclare-t-il fermement.