MAROC
17/01/2019 20h:13 CET | Actualisé 17/01/2019 20h:14 CET

Ce selfie à Casablanca devant un bus en feu (vide) est devenue viral

Il vaut le détour(nement)

INSOLITE - Il y a quelques jours, les images d’un bus en feu ont fait le tour des médias marocains. Impressionnant, l’incident n’a heureusement fait aucun blessé, mais a inspiré un des rares mème marocain.

Omar, 25 ans, se trouvait à proximité des lieux de l’incendie. Après avoir assisté à l’incident et vérifié que le bus était bien vide, ce dernier, inspiré par les nombreux meme en ligne montrant des personnes, souvent des enfants, souriant devant des bâtiments en feu, a décidé de tenter une reproduction.

“Je ne m’attendais pas à ce qu’elle devienne virale”, confie Omar. “Ce n’est pas une idée originale: une recherche sur google des mots ‘fire selfie’ donne à voir au moins une douzaine de selfies comme le mien”, explique-t-il, citant le plus connu de tous, un mème répondant au doux nom de ‘Disaster Girl’.

Le selfie pris par Omar, au delà de sa portée insolite, voulait également démontrer le “ridicule de la situation: “Vous ne le voyez pas sur ma photo, mais il y avait des gens rassemblés autour du bus enflammé, comme s’il s’agissait d’un feu de joie. Leur attitude, tout comme celle que je feins sur cette photo, traduit en quelque sorte de manque de surprise, comme si nous nous attendions à de tels incidents, compte tenu du mauvais état de ces bus”. 

Moroccan meme

Depuis, la photo, partagée un millier de fois et likée plus de 3000 fois sur Facebook, a provoqué, à l’instar de la photo “Disaster Girl”, son lot de détournement:

“Highway to hell 😁”

Des internautes qui ne sont clairement pas passés à côté des références initiales qui ont inspiré ce selfie:

Si la grande majorité ont réagi avec humour à ce selfie peu ordinaire, ou ont saisi les références de son inspiration, certains, comme souvent dans les phénomènes viraux, n’ont pas forcément compris la démarche, comme le regrette Omar: “La grande majorité des gens ont aimé la photo et s’y sont associés d’une manière ou d’une autre à travers leur propre interprétation. Mais comme avec tout, certaines personnes n’ont pas aimé”, explique-t-il. “Ces dernières y ont vu du “schadenfreude” (Ndlr: terme allemand décrivant une personnes aimant se réjouir du malheur des autres”), ce qui n’est bien évidemment pas le cas. J’ai vu l’incident dès le début, j’ai vu que le bus était vide et que personne n’était blessé. Sinon, je n’aurais évidemment pas pris ce selfie”, conclut-il.