03/12/2016 10h:06 CET | Actualisé 03/12/2016 10h:09 CET

Ce qu'il faut savoir des conventions conclues entre le Maroc et le Nigéria dans le domaine des engrais

Map photo
Ce qu'il faut savoir des conventions conclues entre le Maroc et le Nigéria dans le domaine des engrais

BUSINESS - Le géant marocain des phosphates continue sur sa lancée au sud du Sahara. Vendredi à Abuja, des conventions de coopération dans le domaine des engrais ont été signées entre le Maroc et le Nigéria, sous la présidence du roi Mohammed VI et du président nigérian Muhammadu Buhari.

Dans une déclaration à la presse en marge de la cérémonie de signature, relayée par l'agence officielle MAP, le patron de l'Office chérifien des phosphates (OCP) Mostafa Terrab a indiqué avoir signé un accord avec le groupe Dangote Industries Limited pour le développement d’une plateforme de production d’engrais au Nigéria, ainsi que d’une joint-venture entre le même groupe et le groupe OCP-SA pour la mise en place d’une unité d’acide phosphorique à Al Jorf au Maroc.

"Nous avons aussi signé un accord à court et moyen termes avec l’Association des producteurs et des fournisseurs des engrais du Nigéria, visant à sécuriser la fourniture d’engrais aux différents distributeurs de ce pays ouest-africain, en garantissant la fourniture par le Maroc de 2 millions de tonnes durant les trois prochaines années", a-t-il ajouté.

Et de souligner que le Maroc et le Nigéria font levier sur leurs ressources naturelles respectives pour créer des unités complémentaires et un investissement croisé dans le domaine des engrais. "Ce sont des unités qui sont déjà en phase de construction et qui seront fin prêtes dans probablement un an et demi".

La stratégie africaine de l'OCP, fleuron du secteur public au Maroc, a été dévoilée en février dernier, avec la création de sa filiale OCP Africa.

A la même date, l'office dirigé par Mostafa Terrab avait inauguré à Jorf Lasfar un complexe d'engrais de 5,3 milliards de dirhams dénommé "Africa fertilizer complex", destiné aux marchés africains.

Cette stratégie prévoit d’investir 15 milliards de dollars en Afrique dans les 15 prochaines années. En mars 2016, son conseil d'administration approuvait la création de de 13 filiales africaines en Côte d'Ivoire, au Sénégal, au Cameroun, au Bénin, en Tanzanie ou encore en Ethiopie.

A la mi-juillet, la création des 13 filiales africaines de l'OCP était actée après publication d'un décret au Bulletin officiel. L'objectif de celles-ci est, entre autres, de "développer les relations avec les différents pays africains", pouvait-on lire dans ce document officiel.

La création d'OCP Africa intervient aussi pour développer la présence d'OCP en Afrique, et pour booster le chiffre d'affaires de l'Office sur le marché continental. Selon les chiffres de 2015, le marché africain a pesé pour 24% dans les exportations d'engrais.

Lors de la visite de Mohammed VI en Ethiopie à la mi-novembre, un contrat portant sur la construction d'un complexe de production d'engrais agricoles destiné à rendre l'Ethiopie auto-suffisante en la matière à l'horizon 2025 a été signé entre le souverain marocain et le président éthiopien Mulatu Teshome à Addis-Abeba, ville où devra être entériné en janvier 2017 le retour du Maroc au sein de l'UA.

Détenu à 95% par l'Etat marocain, le groupe OCP a réalisé au premier trimestre de 2016 un chiffre d'affaires de 10,33 milliards de dirhams, contre 10,91 milliards de dirhams une année auparavant.

LIRE AUSSI:Le gazoduc Nigéria-Europe passera par le Maroc