MAROC
10/06/2018 17h:41 CET | Actualisé 10/06/2018 18h:15 CET

Ce que l'on sait sur le jeune homme qui s'est suicidé vendredi à La Mecque

Un drame survenu lors du dernier vendredi du mois de Ramadan.

Faisal Nasser / Reuters

DRAME - L’incident a fait le tour des réseaux sociaux. Un jeune homme âgé de 26 ans s’est donné la mort vendredi soir vers 21h20 à La Mecque en se jetant du haut de la Grande Mosquée, Masjid Al Haram, après la prière de l’Icha et plus précisément pendant la prière de Tarawih. Un drame qui suscite émoi et interrogations sur les circonstances de ce drame en cette fin de Ramadan. Fort heureusement, l’incident mortel, qui s’est déroulé à un moment où une foule de pèlerins priait dans l’enceinte du lieu sacré n’a pas fait d’autres victimes.

Samedi 9 juin, l’agence de presse officielle saoudienne Spa, citant la police, a rapporté qu’un “ressortissant étranger” s’était suicidé vendredi soir dans cette ville de l’ouest du royaume, sans préciser sa nationalité. Dans la soirée, le ministère français des Affaires étrangères interrogé par l’AFP a précisé qu’il s’agissant d’un ressortissant Français, sans donner d’autres détails sur les circonstances de son décès.

L’identité de la victime

Il ne s’agit donc pas d’un Pakistanais, comme le croyaient certains. La victime de nationalité français serait d’origine algérienne, d’après plusieurs sources relayées par nos confrères de Goud.ma. Il aurait laissé derrière lui une femme enceinte de quelques semaines et deux enfants en bas âge. 

D’après toujours nos confrères de Goud.ma, le jeune homme s’appelait Azzouz Boutouba et souffrait, à en croire sa famille, de troubles psychiques aillant fait l’objet à plusieurs reprises de séances de psychothérapie à travers le Coran appelée “Roukiya charaïya” mais en vain. 

 

Une vague d’émotion

Sur les réseaux sociaux, une vidéo du saut fatal et des photos de la victime ont été largement relayées suscitant une grande vague d’émotion. Le corps a été transporté à l’hôpital Ajyad, en attendant les résultats de l’enquête qui déterminera  les raisons de cet acte et permettra aussi de “comprendre comment il a pu le commettre malgré l’existence d’une clôture métallique de protection installée autour du toit”, d’après les autorités locales. 

Ce n’est pas une première

Si de tels actes sont rares à La Mecque, se donner la mort étant un grave péché dans la religion musulmane, il ne s’agit pas du premier cas de suicide relevé sur les lieux saints. En février 2017, un pèlerin avait tenté de s’immoler par le feu à l’intérieur de la même mosquée.