TUNISIE
31/03/2018 02h:54 CET

Ce que les conseillers conjugaux pensent des couples qui pètent en présence de l'autre

Il est temps d'inspirer un bon coup.

RubberBall Productions via Getty Images
 

VIE DE COUPLE - Rodney Lacroix et son épouse, Kerri, sont mariés depuis quatre ans et ont pour règle de ne pas péter l’un devant l’autre. Du moins, la plupart du temps.

“On ne pète qu’aux toilettes. Sauf si on pense réussir à lâcher un pet silencieux sans que l’autre s’en rende compte”, explique-t-il au HuffPost américain. “Parfois, ça ne se passe pas comme prévu. L’autre personne traverse alors un champ de pet invisible, ou bien elle entend le bruit d’un ballon qui agonise. Dans ce cas, on accuse le chien.”

“Moi [en entrant dans la chambre]: Ça sent le pet ici.

Épouse: C’est le chien

Chien: Mon œil!”

 

Quand il s’agit de péter devant son partenaire amoureux, on trouve de tout. Il y a des couples qui soutiennent qu’un vent par-ci, par-là n’a rien de dramatique. Certains voient même le pet d’un œil positif: ça signifie simplement que deux personnes sont amoureuses et parfaitement à l’aise ensemble. Et il y a des couples mal à l’aise rien qu’à l’idée de faire un pet en présence de l’autre. Pour eux, c’est un acte répugnant, humiliant et une preuve incontestable que la phase de séduction est terminée.

 

Shannon Chavez, psychologue et sexologue pour couples, explique que ce malaise vient de la stigmatisation des flatulences et autres fonctions naturelles de l’organisme. “Péter est considéré comme un acte dégoutant, sale, puant et repoussant”, nous dit-elle. ”À l’école, on se moque des enfants qui pètent. Leurs camarades se moquent d’eux s’ils font un vent devant une personne du sexe opposée.”

 

Cette honte ressentie enfant peut se poursuivre durant nos vies d’adultes et de couple. “Cette programmation précoce risque de refaire surface dans nos relations amoureuses. Alors, on se sent coincé ou embarrassé rien qu’à l’idée”, ajoute Shannon Chavez. “Je crois que c’est par honte que la plupart des gens évite de péter devant leur partenaire.”

Nous lui avons demandé, ainsi qu’à d’autres experts conjugaux, de nous confier leur point de vue sur ce sujet clivant.

Un signe positif

Contrairement à ce qu’on nous conditionne à penser, le pet n’a rien de honteux. Les gens qui sont dans un couple stable sont aussi des êtres humains qui vivent, respirent et, parfois, pètent. S’ils laissent échapper un vent, ils savent que ça ne va pas changer les sentiments de leur partenaire pour eux.

“C’est un signe sain qu’on est à l’aise l’un avec l’autre”, résume Gary Brown, conseiller conjugal et familial.

Shannon Chavez affirme même que les couples assez à l’aise pour péter l’un devant l’autre peuvent avoir des vies sexuelles plus aventureuses.

“Une vie sexuelle riche peut découler du fait que les partenaires n’ont pas honte de leur corps ni de leurs actes, et sont donc plus enclins à apprécier différents types de stimulation et à se laisser aller sans inhibition, peurs ou insécurités”, explique-t-elle.

 

 

Comment clarifier la situation?

Si les gaz de votre partenaire ne sont pas dus à un problème de santé et vous mettent mal à l’aise, commencez par lui en parler. Veillez à aborder le sujet sans jugement afin de minimiser la honte de votre conjoint(e).

“Essayez d’éviter tout jugement lorsque vous abordez le sujet. Précisez peut-être qu’entendre, sentir ou laisser échapper un pet a un effet désagréable sur vos sens”, suggère Gary Brown. “Suggérez à votre conjoint(e) de se soulager dans une autre pièce ou d’utiliser un désodorisant. C’est une demande tout à fait raisonnable. S’il accepte, parfait. S’il sait que ça vous embête mais qu’il persiste, son indifférence risque de vite poser d’autres problèmes.”

Vous pouvez aussi évoquer la question afin de jauger les réactions de votre partenaire à ce sujet, ou lui demander comment les choses se passaient dans sa famille quand il ou elle était enfant. Ce sera peut-être gênant au début mais n’oubliez pas: c’est un problème qui ne doit pas être passé sous silence.

“Cette conversation peut aussi ouvrir le dialogue sur d’autres fonctions importantes du corps humain qui sont souvent causes de honte et d’embarras, notamment la sécrétion de fluides durant l’acte sexuel, les règles, les pets vaginaux et les selles”, conclut Shannon Chavez. “Ce sont des manifestations tout à fait naturelles et qui n’ont rien de honteux. Un couple qui s’attaque à ces sujets pose les bases d’une communication libre et honnête.”

Cet article, publié à l’origine sur le HuffPost américain, a été traduit par Lison Hasse pour Fast For Word.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.