MAROC
11/10/2018 12h:29 CET

Ce dimanche, une journée sans voitures à Casablanca et Mohammedia pour "offrir un peu d'air" aux habitants

Le temps de quelques heures, les citoyens pourront échapper aux vapeurs des pots d'échappement.

Hisham Ibrahim via Getty Images

POLLUTION - Ce dimanche 14 octobre, les rues sont aux piétons dans certaines préfectures de Casablanca et Mohammedia, à l’occasion de la 3e édition de la Journée Sans Voitures organisée par le réseau Casa Environnement. De 9h à 14h, voitures, taxis et bus ne circuleront pas afin de permettre aux habitants, le temps de quelques heures, de respirer un “bol d’air frais”. 

Si Casablanca et Mohammedia sont les poumons économique et industriel du pays, elles comptent surtout parmi les villes les plus polluées du Maroc où la qualité de l’air ne cesse de se détériorer, et ce malgré les rapports alarmants et rappels à l’ordre de l’Organisation mondiale de la santé.

Pour le professeur Said Sebti, président de Casa Environnement et de l’association Maroc Sciences et Développement Durable (MS2D), cette troisième édition de Journée Sans Voitures est certes une action écologique, mais surtout une action de santé publique plus que nécessaire au bien-être des habitants de ces villes sans espaces verts et très goudronnées. “La plupart des villes marocaines souffrent de graves problèmes environnementaux, notamment avec les rejets de gaz et les déchets qui, en plus de salir la ville, peuvent avoir parfois des conséquences sanitaires négatives”, explique-t-il au HuffPost Maroc.

Sensibiliser les responsables et les autorités

Le but de cette journée serait, selon lui, de sensibiliser les citoyens mais surtout les autorités aux problématiques environnementales majeures et d’offrir “un bol d’air frais aux familles, aux habitants, permettre de respirer durant quelques heures autre chose que les vapeurs des pots d’échappements”, poursuit-il, appelant à essayer de trouver des solutions pour lutter contre le phénomène de pollution de l’air. 

“Il est nécessaire d’encourager les véhicules électriques en commençant par les bus et les taxis, d’augmenter le nombre de rues piétonnes, de créer et protéger les pistes cyclables sans oublier l’augmentation des espaces verts qui font défaut alors qu’ils sont essentiels pour oxygéner la ville”, relève le professeur.

De 9h à 14h, sous surveillance policière, les préfectures de Ain Sbaa-Hay Mohammedi, Sidi Bernoussi, Ben M’sik, El Fida-Mers Sultan, Mohammedia et Hay Hassani seront encerclées de barrières sur les grands axes et les routes. “Nous avons cette année bénéficié de soutiens de poids pour organiser cette journée, à savoir le Secrétariat d’Etat chargé au développement durable, la Wilaya de Casablanca-Settat, Casa Event et Animation et du réseau de l’Université de Casablanca”, précise Said Sebti, qui est directeur du laboratoire de chimie Physique Catalyse et Environnement à l’université Hassan II. 

Après une deuxième édition couronnée de succès et qui avait été la plus grande journée sans voiture d’Afrique, ce troisième volet espère pousser les citoyens à moins utiliser leurs voitures personnelles et à favoriser la marche à pied et l’utilisation de transports en commun tels que le tramway ou le bus. “Avec la circulation catastrophique à Casablanca, il est difficile, parfois dangereux de marcher en ville ou de se déplacer en vélo. Nous souhaitons montrer aux gens qu’ensemble et à plusieurs, il est possible de le faire”, ajoute Said Sebti. 

Alors qu’il est recommandé de marcher quelques minutes par jour pour rester en bonne forme, les plus braves pourront prendre part à des cours de zumba, yoga, body combat et stretching, entre autres, organisés par City Club, partenaires de la journée, dans toutes les zones sans voitures. 

Les plans et les détails de ces zones sont à retrouver sur le site de Casa Environnement.