MAROC
14/10/2018 13h:42 CET | Actualisé 14/10/2018 16h:39 CET

Ce Casablancais a voulu représenter "la souffrance du peuple marocain", sa vidéo fait le buzz

Plus d'1 million de vues pour ce mini-clip qui aborde le boycott, la migration, le service militaire obligatoire... façon Bollywood.

Facebook/Souhail haddade

BUZZ - Sa vidéo cumule plus d′1 million de vues et a été partagée plus de 26.000 fois. Le vidéaste Souhail Haddade a surpris ses 46.000 abonnés avec sa dernière vidéo. Alors qu’il a l’habitude de leur proposer un contenu drôle et léger, cet étudiant en audiovisuel de 18 ans a choisi d’aborder, non sans un zeste d’humour parfois amer, plusieurs sujets d’actualité.

Cherté de la vie, santé, chômage, migration, éducation, boycott ou encore service militaire obligatoire... le jeune vidéaste a réagi, à sa manière et avec une bande-son façon Bollywood, à plusieurs problématiques qui préoccupent actuellement la jeunesse marocaine dans une vidéo intitulée “La souffrance du peuple marocain”.

“Je voulais résumer tout ce que je vois défiler sur Facebook ces derniers jours, comme histoires de société, crimes, nouvelles lois, vidéos des migrants retrouvés morts ou des familles à qui on a détruit leurs maisons, état des hôpitaux au Maroc, manque d’écoles...”, raconte Souhail Haddade au HuffPost Maroc.

Ce fan de Shahrukh Khan a fait appel à ses amis pour représenter l’État, d’un côté, et le peuple de l’autre, en dansant sur les airs de “Aankhein Khuli”, titre tiré du film indien Mohabbatein. Une chanson “drôle et triste à la fois”, qui convenait parfaitement à son idée de vidéo “entre la comédie et le drame”, poursuit Souhail.

“J’ai reçu des retours très positifs. Mes abonnés s’attendaient à une vidéo qui les ferait rire, mais je pense qu’ils ne s’attendaient pas à une vidéo qui les ferait aussi réfléchir”, analyse-t-il.

Tournée au quartier Zerktouni à Casablanca, la vidéo commence par un groupe de citoyens réclamant leurs droits à l’emploi, la santé ou encore l’éducation, et se plaignant de l’insuffisance du SMIG, “d’où sa représentation par une personne de petite taille”, souligne le vidéaste. 

Agitant des pancartes appelant au boycott, mais redoutant la prison, le service militaire obligatoire et fuyant des manuels scolaires de piètre qualité, poursuit Souhail, les manifestants finissent par se rabattre vers la mer.

Facebook/Souhail Haddade

Ils s’apprêtent alors à partir mais, voyant les corps de migrants noyés, choisissent finalement de rester au Maroc pour continuer à y réclamer leurs droits. “L’immigration n’est pas la solution aux problèmes de la société marocaine”, veut croire le jeune casablancais. À travers sa vidéo, Souhail Haddade, qui se dit “très touché” par la mort des migrants en mer, souhaite convaincre ses compatriotes de continuer leur combat vers une vie meilleure... dans leur pays.