MAROC
14/09/2018 14h:39 CET | Actualisé 14/09/2018 14h:41 CET

Casablanca: la grève des éboueurs plonge la ville sous les ordures

La ville blanche s'est transformée en poubelle à ciel ouvert.

Capture decran Twitter

SOCIÉTÉ - Triste tableau ! La ville blanche s’est réveillée sous les ordures, ce vendredi. Les agents de collecte des déchets des différents quartiers de la ville de Casablanca ont entamé, ce jeudi 13 septembre, une grève allant de 48h à 4 jours, faute d’accord avec le Conseil de la ville et les trois sociétés délégataires de la gestion des déchets de Casablanca (Averda, Derichebourg et Mecomar).

Parmi les revendications des quelque 3500 agents chargés de la propreté de la ville, figure la question des primes, dont celle de l’Aid Al Adha, la revendication de meilleures conditions de travail ainsi qu’une réévaluation des salaires actuellement plafonnés à 4000 DH mensuels, rapporte Le360. Des doléances auxquelles s’ajoutent le règlement des dossiers de couverture médicale et ceux des techniciens et chauffeurs, précise par ailleurs Médias 24.

En attendant, la grève des éboueurs plonge les rues de la capitale économique sous les déchets, alors que doit intervenir ce vendredi l’ouverture des plis relatifs à un appel d’offres international pour la gestion déléguée des services de propreté pour l’ensemble de la métropole, au sein du siège de la Société de Développement Local (SDL) Casablanca Prestations.

L’appel à concurrence permettra de au Conseil de la ville blanche de sélectionner quatre nouvelles sociétés, qui géreront chacune deux préfectures de la ville blanche. “Les noms des adjudicataires retenus seront connus d’ici un mois”, apprend Le360 auprès d’une source au Conseil de la ville.