MAROC
20/07/2018 17h:35 CET | Actualisé 20/07/2018 17h:35 CET

VTC: Careem s'associe avec les syndicats de taxis au Maroc

La hache de guerre est enterrée.

Julian Love via Getty Images

TRANSPORT - Après le départ de Uber du Maroc en février dernier, les sociétés de VTC opérant au Maroc semblent repenser leur mode de fonctionnement. C’est notamment le cas de la compagnie emiratie, Careem, qui annonce ce 20 juillet la signature d’un protocole d’accord avec les deux principaux syndicats de taxis dans le pays, représentant près de 7.000 véhicules. Si l’accord portera dans un premier temps sur la ville de Casablanca, le groupe affirme vouloir élargir son action aux autres villes du royaume.

Anchiy via Getty Images

Grace à cet accord signé entre la compagnie basée à Dubaï, l’Union Nationale des Taxis (UNT) et le Syndicat Démocratique des Transports (SDT), qui représentent respectivement 5.000 et 1.700 taxis à travers le pays, les casablancais pourront dès aujourd’hui commander un taxi en quelques clics.

“Oubliant les conflits qui nous séparaient auparavant, cet accord souligne notre engagement à travailler main dans la main avec les taxis afin d’améliorer les services du secteur des transports au Maroc... Je souhaite la bienvenue aux taxis marocains et aux nouveaux capitaines de taxi au sein de la grande famille Careem”, a déclaré dans un communiqué Ibrahim Manna, directeur général des marchés émergents chez Careem.

Cette union apporte une réelle valeur ajoutée à la population casablancaise, qui souffre de réels problèmes au niveau du transport" Samir Faraby, vice-secrétaire général du SDT

“Nos membres ont exprimé leur souhait de profiter des applications de transport disponibles et faire partie intégrante du concept de Smart City. Ensemble, nous avons fait le choix d’une application forte et fiable. Nous estimons que Careem est la seule entreprise avec laquelle nous pouvons travailler sereinement aujourd’hui. D’ailleurs, nous sommes en discussion depuis le mois de mai pour parvenir à un accord. C’est désormais chose faite”, se réjouit Abdelmajid Malhin, secrétaire de l’UNT pour la région Casablanca-Settat.

xavierarnau via Getty Images

Pour sa part, Samir Faraby, vice-secrétaire général du SDT, a souligné les nombreux avantages de ce partenariat pour les taxis marocains qui bénéficieront d’une couverture médicale et de formations régulières en vue d’améliorer la qualité du service.

En avril dernier, une société lancée par 3 jeunes rbatis, a également développé son application mobile, Hezz Taxi, mettant en relation les chauffeurs de taxi et les particuliers uniquement pour les clients de la capitale du royaume. Entre l’émirati Careem, le français Heetch, ou le nouvel entrant Blinc, les casablancais, eux, n’ont plus que l’embarras du choix.