ALGÉRIE
26/06/2019 09h:11 CET | Actualisé 26/06/2019 09h:25 CET

CAN 2019 : Les autorités égyptiennes expulsent trois supporters Algériens

JAVIER SORIANO via Getty Images

Les autorités égyptiennes ont expulsés le 25 juin trois supporters Algériens, rapporte le site Maghreb-Sport. Si les deux premiers ont enfreint la réglementation de la Confédération africaine de football (CAF) en introduisant au stade des forces aériennes du Caire des fumigène, le troisième supporter a été expulsé, lui,  pour avoir déployé une banderole politique. 

Ce dernier avait brandi une banderole sur laquelle on pouvait lire “Doula madania machi 3askaria” (Etat civil et non militaire) dans un pays gouverné par un maréchal qui a déposé le président légitimement élu. 

L’intervention de l’ambassade d’Algérie en Egypte a , toutefois, permis d’éviter aux trois fans des Verts des poursuites judiciaires. Ils ont été expulsés ce 25 juin vers Alger à bord d’un vol de la compagnie Egypt Air.

Les trois expulsions ont poussé les supporters Algériens à s’organiser pour éviter à ce que d’autres inconditionnels des Fennecs ne se fassent encore éconduire.

Se montant intransigeante sur les procédures disciplinaires, la CAF, apprend-on de même source, a décidé d’infliger un avertissement et une amende financière à la Fédération algérienne de football (FAF). 

Ayant remplacé le Cameroun, recalé par la CAF en raison du retard accusé dans les travaux des infrastructures devant abriter le tournoi, l’Egypte s’est engagée non seulement à assurer la réussite de la compétition sur le plan organisationnel, mais également relever le défi sécuritaire, pour un pays qui fait face à une instabilité sur ce plan depuis quelques années.

Les autorités locales ont mis en place des dispositifs de sécurité impressionnants à l’entrée des stades

Les journalistes, venus nombreux couvrir ce rendez-vous continental, n’ont pas été épargnés puisqu’ils sont soumis à une fouille rigoureuse et ferme, similaire à celle appliquée dans les aéroports. Pas moins de trois points de contrôle, dont deux munis de scanners, se trouvent sur le chemin menant vers les entrées des stades.

Le tournoi, qui regroupe pour la première fois 24 nations, suscite des inquiétudes au vu des rassemblements de grande ampleur et le dernier attentat à la bombe perpétré fin mai contre un car de touristes sud-africains près des pyramides de Guizeh (Sud-ouest du Caire), haut-lieu du tourisme égyptien.

L’Egypte craint beaucoup sur le plan sécuritaire, après la mort aussi de l’ancien président Mohamed Morsi, quelques jours seulement avant le coup d’envoi de la compétition donné le 21 juin dernier.