TUNISIE
26/06/2019 16h:17 CET

CAN 2019: Le groupe D, le plus équilibré?

Si le Maroc et la Côte d'Ivoire se sont imposés difficilement lors des premiers matchs, gare à l'Afrique du sud et à la Namibie.

JAVIER SORIANO via Getty Images

Les deux matchs de la première journée de cette poule D ont été joués, deux matchs serrés qui laissent planer le suspens sur le résultat final de cette poule de la mort. 

Maroc, Côte d’Ivoire, Afrique du Sud : une course à 3.

C’est LA poule la plus difficile du premier tour. Le Maroc, la Côte d’Ivoire et l’Afrique du Sud font partie des grands noms du continent.

Les deux premiers matchs de cette poule D ont confirmé ce qu’on pouvait penser avant le début de la compétition en disant que chaque match dans cette poule aura son importance et que chaque match sera un match couperet.

Pour preuve le premier match du Maroc face à la Namibie, 1 but à 0 pour les Lions de l’Atlas, le but de la victoire étant un malheureux but contre son camp du joueur namibien Itamunua Keimuine à la 89ème minute, montrant également que l’étonnante équipe de Namibie est compliquée à faire plier.

Malgré tout, la lutte pour les deux premières places automatiquement qualificatives sera une bataille entre les 3 cadors de la poule. Déjà dans la même poule lors de l’édition 2017 de la CAN et lors des éliminatoires de la Coupe du Monde 2018, le Maroc et la Côte d’Ivoire se retrouveront pour la deuxième journée de la compétition pour s’affronter.

Les deux équipes ayant gagné leur premier match, le vainqueur de cette confrontation pourrait se voir directement qualifié pour les huitièmes de finale en cas de match nul dans l’autre match, Afrique du Sud contre Namibie, le derby du Sud de l’Afrique.

Les deux dernières confrontations entre les Lions de l’Atlas et les Eléphants ont vu les hommes d’Hervé Renard triompher par deux fois, une fois dans le dernier match de poules en 2017 au Gabon où le vainqueur serait propulsé en quarts de finale, victoire du Maroc sur un sublime but de Rachid Alioui, la deuxième fois à Abidjan pour le dernier match des éliminatoires de la Coupe du Monde 2018 où la sélection marocaine s’est imposé 2 buts à 0 contre, en marquant deux fois en 5 minutes à la 25ème par Nabil Dirar et à la 30ème par le capitaine Mehdi Benatia.

Le perdant du match de cette deuxième journée devra probablement faire face au retour de l’Afrique du Sud dans la lutte. Une équipe sud-africaine qui, depuis 2016 ne cesse de progresser, comme en témoigne la progression du football sud-africain avec la victoire des Mamelodi Sundowns en Ligue des Champions africaine en 2016, cela faisait longtemps que le football sud-africain n’avait pas brillé avec cette régularité sur la scène africaine.

Niveau effectif, large avantage pour la Côte d’Ivoire et le Maroc avec une majorité de joueurs évoluant en Europe, mais attention aux Bafana Bafana auteurs d’un bon match contre la Côte d’Ivoire malgré la défaite 1 but à 0, et qui ont, en leur sein beaucoup de joueurs avec une grande expérience du football africain, un gros avantage dans ce genre de compétition, qui a fait le succès de l’Egypte durant les années 2000.

La Namibie, le trouble-fête

Étonnante de solidité, cette équipe namibienne a rendu la vie difficile au Maroc durant 90 minutes. Ce genre de performance pourrait être reproduite contre les autres équipes de ce groupe. La Côte d’Ivoire et les voisins sud-africains ne sont pas à l’abris d’un revers face à ce bloc des Brave Warriors qui joue là sa 3ème Coupe d’Afrique des Nations après 1998 et 2008. Même si l’accès à la 3ème place semble difficilement atteignable, la sélection namibienne peut jouer le rôle de trouble-fête et à sa manière faire la décision de l’issu final de cette poule D.

Le MVP de la poule : Nicolas Pépé.

Le joueur de Lille est sans doute le joueur le plus attendu de la compétition avec Mo Salah et Sadio Mané. La nouvelle pépite ivoirienne dispute sa première compétition internationale avec les Éléphants et il a déjà un statut de sauveur à porter. Le peuple ivoirien, qui n’a connu que des déceptions depuis le sacre en 2015 en Guinée Equatoriale, a énormément d’attente sur la performance du pensionnaire de Ligue 1. Courtisé par l’Inter de Milan et l’Atlético de Madrid, le jeune joueur de 24 ans a l’occasion de montrer au monde l’étendue de son talent et pourquoi pas susciter l’intérêt d’autres grands clubs européens.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.