ALGÉRIE
10/04/2015 13h:32 CET | Actualisé 10/04/2015 14h:16 CET

CAN 2017: les Ghanéens digèrent mal eux aussi le "travail de coulisses"

ASSOCIATED PRESS
Second Vice-president of the Confederation of African Football Almamy Kabele Camara, left, and confederation Secretary General Hicham El Amrani announce Gabon as the winner of the draw for the host of the 2017 African Cup of Nations during at a meeting of the confederation's executive committee, in Cairo, Egypt, Wednesday, April 8, 2015. Libya conceded last August that it wouldn't be able to hold the 16-team event in 2017 because of security concerns, forcing CAF to restart the bidding process. (AP Photo/Hassan Ammar)

Les Ghanéens ont eux aussi du mal à digérer l'échec cuisant de leur candidature à l’accueil de la Coupe d’Afrique des Nations 2017, dont l’organisation a été attribuée mercredi 08 avril au Gabon, par la Confédération Africaine du Football (CAF) au Caire.

Randy Abbey, membre de la délégation ghanéenne présente au Caire lors du tirage au sort des éliminatoires, évoque à son tour un "travail de coulisses". Dans un entretien accordé à la chaîne de télévision Joy Sports, il a tenu à féliciter le Gabon pour son succès. Il a toutefois déclaré que "quelque chose de louche" s’était passé.

"Durant les prochaines heures, nous en entendrons parler à coup sûr, notamment de la part des Algériens", a dit le directeur de la communication de la Fédération ghanéenne de Football, en référence au "travail de coulisses".

Randy Abbey a détaillé le déroulement du vote dans son entretien. Il a affirmé que même "les membres du Comité exécutif, qui ont aussi voté, ne connaissaient bizarrement pas le résultat. Seulement deux des membres et Issa Hayatou ont été appelés à voir le résultat du vote."

Randy Abbey a ensuite expliqué que le président de la CAF s’est présenté à la salle de conférence où l'attendait la presse, a prononcé le nom du vainqueur: le Gabon. Le représentant du Ghana a ainsi réitéré que la procédure était "louche".

Le même média ghanéen a rajouté que le vote et le tirage au sort des éliminatoires devaient être filmés, et diffusés en live à travers tout le continent africain. Toutefois, la diffusion a été annulée sans que la CAF ne communique une quelconque raison.

M. Abbey a rajouté que personne "ne sait comment s’est déroulé le vote. Généralement, à la fin de la procédure de vote, chaque délégation a le droit de connaître le score cumulé par son pays. Par exemple, en 2008, le Ghana a cumulé 9 contre 3 voix", a-t-il détaillé.

"Nous ne savons pas comment le Gabon a gagné, s’ils ont cumulé 5, 8, 10, 13 ou 14 vote, personne ne le sait. Les membres du Comité exécutif aussi n’ont pas communiqué leurs choix", a-t-il déclaré au même média.

Mustapha Berraf calme le jeu

Mustapha Berraf, président du Comité olympique et sportif algérien (COA), a déclaré hier, jeudi 09 avril que la non attribution de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2017 à l’Algérie est une "déception".

Il a surtout appelé à "tourner la page", car la CAF "a déjà fait son choix.

"L’Algérie voulait abriter cette CAN, mais ce n’est pas une fatalité. Nous voulions permettre au public algérien de vivre de près la fête du football africain. C'est une déception pour le public notamment les jeunes. La CAF a fait son choix, il faudra donc tourner la page et avancer", a-t-il déclaré dans une déclaration à l’APS.

Les 5 raisons de cet échec

Dans un rapport publié aujourd’hui, le site Internet émirati "Erem News" a donné 5 raisons qui expliquent le revers de la candidature algérienne pour abriter la CAN 2017.

Outre la perte d’influence, d’abord du président de la Fédération Algérienne de Football (FAF), Mohamed Raouraoua retiré des comités exécutifs de la FIFA, ensuite de la diplomatie algérienne en Afrique, la mort du camerounais Albert Ébossé et les infrastructures défaillantes ont pesé lourd selon le site Erem News.

LIRE AUSSI: Choc en Algérie: L'attaquant camerounais de la JSK Albert Ebossé tué par un projectile au stade de Tizi Ouzou

Galerie photo Albert Ébossé est mort Voyez les images

La mort de l’attaquant de la JS Kabylie, Albert Ébossé avait secoué le football algérien. Il a été touché à la tête par un projectile lancé des tribunes lors de la rencontre ayant opposé son équipe à l’USM Alger.

La violence et l’insécurité dans les stades ont aussi disqualifié la candidature algérienne, selon le même rapport. Pour rappel, le gardien international Azzedine Doukha a été blessé mardi 07 avril au niveau de la tête par un projectile au stade Saïd-Bourouba de Bouira, lors d'un match amical opposant la JS Kabylie et l'équipe locale de MB Bouira. Une rencontre pourtant placée sous le signe de la lutte contre la violence dans les stades.

Galerie photo Violences dans les stades en Algérie Voyez les images

Les travaux publics destinés à la réalisation de nouvelles infrastructures pour accueillir la CAN 2017 sont aussi à la traîne. Des retards qui n’ont pas manqué de pénaliser la candidature algérienne dans cette course.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.