MAROC
05/11/2019 17h:09 CET

Campagne 2019-2020: L’Espagne souhaite recruter 16.500 saisonnières marocaines

La délégation espagnole s'est engagée sur l'octroi des autorisations de travail en janvier 2020.

ABDELHAK SENNA VIA GETTY IMAGES
Une saisonnière marocaine portant un bac de fraises

HUELVA - L’Espagne a exprimé “son souhait” de recruter, au titre de la campagne agricole 2019-2020, près de 16.500 ouvrières saisonnières marocaines pour travailler dans la cueillette des fraises et des fruits rouges dans la province de Huelva (sud), indique un communiqué du ministère du Travail et de l’Insertion professionnelle.

L’annonce en a été faite lors de la visite d’une délégation marocaine dans la province espagnole pour préparer l’opération de recrutement des ouvrières saisonnières par les exploitations de fraises et des fruits rouges.

Autorisations de travail

La partie espagnole souhaite employer environ 11.000 répétitrices (qui ont déjà travaillé dans les champs espagnols) en plus de 5.500 travailleuses pour la première fois, et s’est engagée sur l’octroi des autorisations de travail en janvier 2020 pour permettre à ces dernières de rejoindre leurs lieux de travail en mars 2020, souligne la même source. En ce qui concerne les répétitrices, la réception des autorisations aura lieu au début du mois de décembre prochain alors que le processus de départ débutera en février 2020.

Lors de cette réunion, l’accent a été mis sur l’évaluation du processus d’emploi saisonnier au titre de la campagne agricole 2018/2019, qui a bénéficié à 14.572 ouvrières marocaines et sur les moyens d’amélioration des conditions de travail et de logement des personnes concernées, d’autant plus que la prochaine campagne agricole devra connaître une légère augmentation du nombre de bénéficiaires.

Six mois minimum

Les discussions entre les parties marocaine et espagnole ont également abouti à des conclusions visant l’octroi d’autorisations de travail d’une durée de six mois au minimum, afin de pouvoir prolonger éventuellement la durée d’emploi chez les employeurs et l’examen de la possibilité d’acheminement des ouvrières saisonnières via une ligne maritime directe reliant Tanger à Huelva.

Les deux délégations ont aussi convenu de préparer un nouveau programme portant sur la création de coopératives féminines avec le Bureau de l’Agence espagnole de coopération en vue de sa soumission à l’Union européenne pour financement, et de poursuivre la promotion des programmes culturels et de formation destinés aux travailleuses saisonnières.

La délégation marocaine, présidée par le secrétaire général du ministère du Travail et de l’Insertion professionnelle, était composée notamment du directeur général de l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC) et du Consul général du Royaume à Séville.

Du côté espagnol, ont pris part à cette réunion le directeur général des migrations au ministère du Travail, de la migration et de la sécurité sociale, des représentants du secrétariat d’État chargé des affaires de la migration et du bureau de l’emploi et de la migration du gouvernement à Huelva, ainsi que le Conseiller du département du travail, de la migration et de la sécurité sociale auprès de l’ambassade du Royaume d’Espagne à Rabat.